Yann Charlopin un esthète des vins blancs

 

Yann Charlopin, 30 ans, est un jeune homme discret. On le serait à moins, avec la figure tutélaire de son père Philippe Charlopin. Le fils est aussi discret et peu bavard que le père est truculent et provocateur. Devant cette figure paternelle, Yann préfère se recroqueviller dans ses vignes. Il faut dire qu’ils les adorent. Son ambition est de travailler la vigne avec passion et dynamisme pour mieux comprendre ses terroirs et ses vins. Son père lui a laissé une tâche ô combien importante au sein de la famille : les vinifications des vins blancs.  Sans aucune contrainte paternelle, il réalise des vins de grandes classes issues de raisins parfaitement travaillés en amont. Car, comme nous le disions, Yann Charlopin est un amoureux du travail de la vigne. Il aime arpenter des journées entières les vignes de coteaux et comprendre le terroir de Chablis.

Chablis est son terroir méticuleux qui ne souffre pas de l’approximation du travail de la vigne. Chablis est son imposante structure calcaire qui donne aux vins du lieu des nuances iodées et très minérale.  Chablis et ses « climats » à l’instar de la Bourgogne.  Les vins blancs de la maison Chalopin-Parizot sont très intéressants pour de multiples raisons. Mais la première et sûrement la plus importante est la conviction de Yann que chaque terroir doit s’exprimer. Ainsi, plutôt que de privilégier une « patte maison », notre jeune trentenaire préfère laisser s’exprimer le vin et le terroir.

Comme je l’ai dit, l’homme n’est pas très bavard et c’est son père qui m’a préconiser de rester un petit moment avec lui afin de déguster les vins blancs. M’affirmant que son fils restait dormir dans le cuvier lors des vinifications car il « aime le travail millimétré ». Une heure de trop de cuvaison à la typicité du lieu passe de vie à trépas. Une heure de trop et le vin devient plus un style maison qu’une expression de terroir. Cela, Yann, trop timide et trop modeste ne le raconte pas, il se contente de vous glisser quelques gouttes de ses vins dans votre verre en attendant silencieux votre retour. Muet, il attendra les premières paroles pour répondre. Jamais il ne commentera de trop son vin. Car ses vins, Yann ne les expliquent pas il les vit.

Philippe Charlopin Parizot – Petit Chablis – 2010

 Issue de 3 parcelles différentes, ce Petit Chablis est resté 13 mois sur lies. Le terroir est composé de sols argileux mais plus sableux que les Chablis. Un nez prometteur et très fleuri (acacia, fleurs blanches) avec une très belle minéralité, une jolie salinité de fin de bouche. De la tension et de la fraîcheur en fin de bouche qui lui donne un côté croquant et gourmand.

Philippe Charlopin Parizot – Chablis – 2010

Ce vin est vinifié en foudres de 24 hl. Le nez offre une belle complexité avec des très belles fragrances fleuries (lilas, chèvrefeuille, lys). En bouche la structure est dense sans être trop ample, onctueuse avec une superbe minéralité. Le bois enveloppe les arômes de manière subtile et élégante. Belle tension de fin de bouche.

Philippe Charlopin Parizot – Chablis 1er Cru Côte de Léchet – 2010

100% érafler les raisins ont subis une macération pelliculaire de 8 heures à 8°C. Les sols sont ici très argilo-calcaire.
Le nez est subtil, complexe avec des notes fleuries et herbacées. Au nez on ressent la coquille d’huître et l’iode qui viennent donner de la complexité. Superbe structure, dense et rectiligne, un gras avec un joli grain serré. Une superbe minéralité en fin de bouche caractérisée par une salinité qui confère à la suavité. Superbe.

 Philippe Charlopin Parizot – Chablis 1er Cru Beauroy – 2010

Les terroirs sont les plus calcaires des différentes cuvées. Le nez est profond, mentholé avec une complexité aromatique sur les fleurs et quelques touches de miel et d’abricots.
La structure est magnifique, avec du gras, de l’équilibre et une belle tension qui vient donner un côté aérien. La bouche est joliment dense. Superbe minéralité et salinité.

Philippe Charlopin Parizot – Chablis 1er Fourchaume – 2010

Le nez est floral, complexe et dense. On ressent le terroir argilo-calcaire par ces notes plus complexes et plus enveloppées. La structure est parfaite, enveloppante et proposant un joli gras. Superbe Chablis 1er Cru pouvant rivaliser avec les meilleurs et apportant une vraie personnalité. Bravo !

Philippe Charlopin Parizot – Corton Charlemagne – 2010

Nous sommes ici dans un autre registre. Le vin est ample, dense avec beaucoup de profondeur et d’amplitude. Quelle bouche solaire et calcaire (sensation d’amplitude en bouche). Le toucher de bouche est tout simplement superbe avec des tanins parfaits, du gras et de la matière. Un très grand vin blanc de garde. Du grand art.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*