2010 en Bourgogne

Reçu ce jour un descriptif synoptique du millésime 2010 en Bourgogne (par le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne). A noter que ces écrits ont été validés par nos premières impressions de dégustation in situ.

« Pureté », « fraîcheur », « harmonie », le millésime 2010 s’est révélé être, au fil des mois, un remarquable classique bourguignon. Un profil septentrional, à la fois généreux et profond, qui marque les belles années en Bourgogne.
Les vins de Bourgogne du millésime 2010 ont déjà fait une bonne, voire une très bonne impression, lors des premières dégustations, soutenant sans réelle difficulté la comparaison avec les 2009. Durant les fermentations, les arômes étaient déjà francs et nets, les couleurs brillantes et profondes. Chaque cuvée exprime une étroite fidélité à son terroir d’origine ; leur épaisseur en font des vins également taillés pour la garde.
A Chablis, la récolte limitée a donné des vins concentrés, riches, d’une grande pureté et d’une belle complexité aromatiques.
En Côte de Nuits et Côte de Beaune, les rouges ont « la vivacité des 2008, mais aussi la rondeur et le fruit des 2009 », selon un courtier de la région. Les couleurs sont celles de beaux Pinots Noirs brillants, profonds, sans être trop foncés. Ils ont à la fois de la structure et de l’élégance, en résumé, le profil de vins qui mûriront harmonieusement une fois mis en bouteilles.
Les blancs de la Côte de Beaune sont également promis à un bel avenir. Ils montrent beaucoup de matière en bouche et une palette aromatique marquée par la fraîcheur et la complexité.
En Côte Chalonnaise, les rouges s’expriment sur des notes de fruits noirs bien typés, avec de belles charpentes en bouche et des couleurs intenses. Les blancs de ce vignoble, tout comme ceux du reste de la Bourgogne sont riches, concentrés et conservent de bons équilibres.
Le Mâconnais joue également sur ses qualités naturelles de générosité. Les cuvées offrent donc beaucoup d’harmonie, mise en valeur par des notes aromatiques dominantes évoquant les fleurs blanches.
Après des conditions climatiques très changeantes, la qualité du millésime 2010 résulte donc du travail consciencieux des vignerons qui ont su, tout au long de l’année, composer avec une météo capricieuse. Ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour récolter chaque parcelle au bon moment, éventuellement éliminer une partie des raisins abîmés ou manquant de maturité, etc. La période idéale de vendanges s’est avérée assez courte et il a fallu agir vite.
Avec un profil météo très différent, le millésime 2011 sera précoce, car en Bourgogne, les millésimes se suivent et ne se ressemblent pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*