Accepter la critique n’est pas accepter "le" critique

De part la mise en avant d’Anthocyanes sur son blog du Grand Jury Européen (ici), Mr Mauss a voulu nous donner un coup de pouce amical et super sympa. Nous le remercions encore de cette initiative. Quelques personnes, dont la liberté de ton leur appartient, ont jugé bon de dénaturer nos propos ou de nous faire passer pour des incompétents.

Je suis issu du milieu du vin depuis près de 18 ans,  je n’ai rien à prouver ni à gagner, si ce n’est le partage d’une passion pour ce monde merveilleux. Mais quand je vois la façon dont s’exprime ces pauvres personnes ( et pas seulement sur Anthocyanes mais auprès de tout le monde, en commençant par Mr Bettane ), je trouve que la vulgarité a des limites et devrait être éloignée du monde du vin.

Je sais que je jette un coup d’épée dans l’eau car ce comportement est leur marque de fabrique, mais je suggère ces belles phrases de Max Léglise, qui sont en mesure de les faire réfléchir :

« La dégustation étant réputée une affaire de « spécialistes », ceux qui ne le sont se sentiraient effrontés de formuler un avis, qu’ils supposent à priori aberrant. Si vous êtes affligé de ce travers, quittez-le et soyez authentique : annoncez avec sincérité et simplicité ce que vous sentez. Les maladresses du début vous seront gentiment pardonnées si vous êtes naturel.
A l’inverse, si vous atteignez des performances remarquables dans l’analyse sensorielle, n’écrasez pas l’entourage de votre supériorité, ne vous répandez pas en commentaires magistraux, et défiez-vous de la griserie verbale : elle non plus ne met pas longtemps à nous faire perdre l’authenticité. Le domaine sensoriel faisant appel à la mémoire et à l’introspection, la recherche des émotions incite plutôt à se recueillir qu’à parler, en tout cas par mots brefs, pour échanger des impressions et non brasser des idées ».

Ambroise Chambertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*