Aristippe de Cyrène

Aristippe de Cyrène est un philosphe grec ( nous nous en serions douter….!!) qui fut un disciple de Platon. Jouïsseur et contre l’ataraxie de l’épicurisme, il semble que le rapporteur des écrits de Socrate ne l’aimait pas trop. En cela, notre attention doit être attirée car les philosophes ou les personnes que Platon porte en piètre estime sont souvent très intéressants. Il est vrai que le grand maître n’était pas un adepte de la libre concurrence intellectuelle…

Aristippe est considéré comme un sophiste car il accepter d’être payer pour donner des cours. Malheureusement ses oeuvres ont entièrement disparues et il ne reste d’Aristippe que l’essence de sa philosophie et un courant de pensée que sa fille Arété de Cyrène et son petit fils Aristippe le Jeune développèrent : l’école des Cyrénaïques.

Aristippe défend un hédonisme de la vie et définissait le but de celle-ci d’une très belle phrase, qui je trouve convient parfaitement à mon amour du monde du vin, de la vie et de la philosohie :

La vie est un mouvement doux accompagné de sensations.

Que peut-on écrire de mieux, lorsque l’on recherche l’hédonisme. La douceur d’une vie de plaisirs et de beauté et la volupté des sensations.

Cela me fait penser au travail exceptionnel et talentueux de Jacky Rigaux, qui cherche à développer la notion de « dégustation géo-sensorielle » définie dans ses grandes lignes par son ami Henri Jayer. En organisant les rencontres Henri Jayer et en proposant des formations à cette dégustation, Jacky Rigaux, essaye de mettre en exergue la beauté des terroirs et les sensations que ces derniers peuvent apporter aux vins.

En viticulture on oublia la philosophie des terroirs et des « climats », comme la « dégustation géo-sensorielle du gourmet » pour inventer une viticulture chimique et une nouvelle façon de déguster, l’analyse sensorielle. Une véritable mutation soutenue par la société de production-consommation a eu tendance à substituer aux vins de terroir un vin agroalimentaire. Ce vin technique, de type industriel plutôt qu’artisanal, au goût constant d’une année sur l’autre, comble un consommateur pressé, confiant dans les marques. Copeaux de chêne, levures et arômes industriels, osmose inverse, cryo-extraction, micro-bullage, adjuvants œnologiques maîtrisés par des « winemakers » de haut niveau, assurent la production d’un vin certifié, techniquement bien fait. L’accent est mis sur la matière première du raisin de cépage, et sur le processus de fabrication, d’où l’émergence des « wine-growers » associés à des « winemakers », censés surclasser le vigneron, figure de l’ancien temps, vestige d’une viticulture d’avant l’industrie agro-alimentaire, celle du vin en particulier. Jacky Rigaux

Jacky Rigaux, dans sa volonté de réconcilier les terroirs, les hommes et les vins, est un hédoniste disciple d’Aristippe de Cyrène. Avec son maître Henri Jayer, il développa une philosophie du vin, dont nous sommes aujourd’hui les élèves.

Voir que la philosophie helléniste trouve encore aujourd’hui des hommes capables de dépasser des préconçus et enclins à mettre en oeuvre des pensées et des concepts majeurs, me remplit de joie et me procure un enthousiasme sans borne, pour cette merveilleuse passion, en l’occurrence ce merveilleux métier, qu’est celui de journaliste dégustateur ou dégustateur tout court.

Comprendre, apprendre, philosopher, retranscrire des sensations et des émotions, c’est sans doute, le plus beau métier du monde. Et c’est pour cela que je suis peiné quand des collègues journalistes jouent aux donneurs de leçons, aux Mr Loyal ou je ne sais quel autre personnage afin d’asseoir leur réputation de « critiques » et de réguler le marché ou des prophétiser leurs notes de dégustations.

Anthocyanes refuse ce genre de pensées et nous nous efforçons, ce n’est pas toujours facile, de ne pas noter les vins mais de retranscrire des sensations. Pour cela, la dégustation géo-sensorielle est notre fer de lance, notre crédo et nous ne remercierons jamais assez Jachy Rigaux et les philosophes hédonistes (Cyrène, Démocrite, Leucippe, Onfray…), de nous avoir permis à travers leurs ouvrages, de nous focaliser sur ses notions indissociables de notre volonté de mise en avant de producteurs de qualité.

Ambroise Chambertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*