Bonheurs et malheurs de 2011

Il est l’heure. L’heure de faire un point sur cette année écoulée, sur ce millésime incroyable, sur une année, une de plus, riches en informations. Car 2011 sera l’année de l’information, de l’instantanéité, du toujours plus. Les malheurs, personnels ou naturels, ont rythmés notre vie de 2011 dans un tourment qu’il nous était impossible d’arrêter. Tsunami au Japon, Affaire Strauss Kahn, Mort de Ben Laden, Crise monétaire, Printemps Arabe et Emergence des réseaux sociaux dans les révolutions, Attentant en Norvège, Mariages Royaux…et ces derniers jours décès du dictateur coréen.

Nous n’allons pas reprendre la liste des ces évènements et les commentés dans leur ordre d’apparition. D’autres le font mieux que nous. Ce que nous allons vous proposer c’est simplement notre vision bachique de 2011. Ce que nous avons aimé et ce que nous n’avons pas aime. Tout simplement et toute subjectivité.

Nous avons aimé :

  • La sortie d’Anthocyanes : Anthocyanes est nait d’une passion, d’un rêve, celui d’être plus proche du vignoble, des vignerons pour déguster et comprendre leurs philosophies de vie. Nous sommes conscient du risque pris, surtout quand on a pas de publicité dans le magazine, mais il nous paraissait évident de créer un magazine indépendant. Nous sommes très fier d’avoir réussi ce pari et de vous proposer tous les trimestres, une revue complète et dédiée aux amateurs éclairés.
  • L’effondrement de certains cours à Bordeaux : la folie des grands crus classés de Bordeaux était telle qu’il devenait presque indécent d’acheter une bouteille de vin. Quand les Lafite R. fleurent avec les 1500 Euros H.T la bouteille on se demande encore si il est possible d’apprécier. Certes les prix sont libres et sont le reflet de l’offre et de la demande. Loin de nous l’envie de remettre cela en cause. Mais quid des vignerons qui n »arrivent pas à vendre leurs vins à un prix économiquement viable. Tous ne font pas des vins de secondes zones. Certains se bâtent pour y arriver. Nous avons donc aimé la baisse des prix des grands crus à cause du désintérêt des marchés chinois
  • La marche des climats en Bourgogne : la volonté bourguignonne de voir les climats classés Patrimoine Mondial reflète la démarche qualitative de la région depuis maintenant plus de 25 ans. Les vignerons ont compris qu’une seule voie était possible : la qualité. Si les classement des climats à lieu, ce sera le point d’orgue d’une volonté qualitative. Si cela ne fonctionne pas, elle aura au moins eu le mérite de rapprocher les vignerons et les bourguignons dans leur ensemble.
Nous n’avons pas aimé :
  • L’insolence de certains donneurs de leçons sur l’affaire Jay Miller. Le journaliste du Wine Advocate a été la cible d’attaques (peut être fondées) sur son éthique. Certes la proposition était très très limite, mais il n’a pas accepté que je sache. Mais surtout, ce qui me fait le plus mal quand je réfléchis à cela, c’est la pauvreté d’esprit de certains à accabler le type car il fait parti de la « bande à Parker ». On ne peut toucher le maître, attaquons nous à ses disciples. Tout cela est mesquin, d’une pauvreté d’âme sans pareille et mérite simplement le bannissement du terme journalistes chez ces gens là.
  • L’égo démesuré de certains : que ce soit des vignerons qui ne souhaitent pas nous recevoir car nous n’écrivons pas en anglais (!), certaines interprofessions qu’il ne veulent pars organiser de dégustations ou l’égo démesuré de certains journalistes, je suis impressionné par le peu d’humanisme, de gentillesse et de professionnalisme dans un secteur où la bonté, l’empathie et le plaisir devrait être le mot d’ordre. Au lieu de cela, on nous accuse presque d’être TROP indépendant. Quelle hérésie.
Gageons que 2012 sera une année de partage, d’échanges et d’émotions. Nous pouvons ne pas être d’accord entre nous, cela favorise le dialogue et donne du peps à la vie, mais sachons nous écouter et surtout respecter l’autre.
Bonne année 2012, à vous et vos proches, plein de bonheur, joie et santé.
Yohan Castaing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*