Le crépuscule des Hospices de Beaune ?

Les ventes aux enchères des Hospices de Beaune constituent un moment privilégié et festif dans le monde du vin. Les résultats, très attendus par l’ensemble de la Bourgogne, donnent le LA à la campagne de vente du millésime en cours. Malheureusement, depuis quelques années et la reprise en main de l’organisation par la maison britannique Christie’s, la vente des Hospices, si elle est beaucoup moins festive, devient omnipotente.

Depuis 1859, année de sa création, la vente des Hospices n’a jamais été aussi rentable. 8,08 millions d’Euros de vente et une hausse de 30% par rapport à l’année dernière. 2 millions d’Euros empochés par les Hospices et par Christie’s dont les commissions sont aux alentours de 7%, soit une hausse de 140 000 Euros sur l’année. Pas mal pour une société qui se dit œuvrer pour le bien commun en organisant cette vente. Il faut dire que la célèbre maison aux enchères britannique détenue, par le groupe Pinault, ne fait pas le déplacement pour rien !

Populaire était le mot pour définir le week-end de la vente. Tout Beaune, et par delà toute la Bourgogne, revêtait son habit de fête pour saluer l’entrée dans l’hiver et le début de la campagne de commercialisation des vins de la région. Mais aujourd’hui, le ‘peuple’ au bon sens du terme est banni. Christie’s a décidé d’orienter la vente vers une vision internationale (c’est très bien !), argentée (ça l’est moins) et plus « people » (quel toupet !) en délaissant le professionnalisme au profit de la gloriole. Impossible de déguster dans des conditions correctes. Un brouhaha insupportable, des verres manquants, l’impossibilité d’entendre les mots du vinificateur et les employés de Christie’s, la tête haute et le menton en avant pour vous faire comprendre leur supériorité, pardon, votre infériorité. Finalement les Hospices et Cristie’s se foutent que les vins soient dégustés, ils sont pré-vendus à des asiatiques en mal de considération que l’on berne au plus haut point.

La pièce de Clos de la Roche vendue 74 900 Euros soit 250 Euros la bouteille aussi cher qu’un Clos de la Roche d’un grand domaine, est une hérésie quand on sait la qualité des vins et le réseau de distribution. On comprend vite pourquoi on cible le marché asiatique féru de Bourgogne et capable de payer des sommes folles sans s’émouvoir une seconde sur la qualité des vins. Mais il est une chose qui est sûre, ne prenons pas les asiatiques pour des idiots, ils apprennent, vite, très vite. Demandez à Bordeaux !

Le malheur dans tout cela c’est que l’ensemble des prix de la campagne à venir se jauge à l’aune des prix des Hospices. Si la Bourgogne, dans son ensemble, répercute cette hausse comme un seul homme, je pense qu’il sera difficile pour les marchés de l’accepter et pour les consommateurs d’acheter des vins aussi chers. D’autant qu’aujourd’hui il existe une Bourgogne à plusieurs vitesses.

Celle des grands domaines, de la viticulture « haute couture », qui n’ont que faire des résultats des Hospices, qui font face à une demande accrue et sont capables de réaliser des vins absolument exceptionnels. Ils sont rares, donc chers.

Ensuite il y a la Bourgogne « suiveuse », celle qui réalise des vins corrects, sans fars et sans défauts, pour certains excellents, mais qui reste très chère car elle applique à la lettre les augmentations de prix consécutives de ces dernières années mirant la viticulture « haute couture » et leurs prix pour justifier les leurs. C’est cette Bourgogne là qui porte préjudice. Les vins sont bons, bien sûr (ou heureusement c’est selon) mais les prix sont trop chers et éloignent l’amateur.

Et puis il y a l’autre Bourgogne, celle qui reste encore dans les délires d’une vision passéiste du vin, une vision pour laquelle on applique des recettes sans vraiment réfléchir et qui réalise des vins finalement peu intéressants mais que nous retrouvons très chers sur les étals des cavistes ou des grandes surfaces.

J’ai peur que la Bourgogne connaisse un désamour de la part des consommateurs et s’apprête à des jours difficiles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*