Des capsules à vis…..vite !

Peut-être que cet article va vous choquer. Aura t-il, au moins, l’intérêt d’attirer votre attention sur un véritable problème dans le monde du vin : le bouchon. Le bouchon en liège, inventé par les anglais en même temps que la bouteille, est l’emblème du vin à travers le monde. En France qui ne connait pas le doux bruit du bouchon qui s’ouvre ? Mais l’industrie du vin et les consommateurs, en regardant le côté symbolique du bouchon, se cachent d’une vérité par toujours très agréable à avouer. Le bouchon pourrait devenir l’un des ennemis majeurs de l’amateur de vin. Pourquoi ?

Tout d’abord, qui n’a jamais fait la désagréable expérience de déboucher une bouteille et de la trouver bouchonnée ? Cela m’arrive régulièrement et je dois avouer, qu’en ces moments, je suis plus que furax ! Quel gâchis. Quel que soit le prix de la bouteille, je considère que la qualité n’est pas assurée par le vigneron. Je sais, nombres d’entre vous, me dirons qu’ils ne peuvent être dans la bouteille et que ce n’est pas de leur faute mais celle du bouchonnier. A l’arrivée, le client/cocu à acheter des bouteilles et se retrouve avec une ou plusieurs bouteilles bouchonnées. Ô rage ô désespoir…. Qui va rembourser le pauvre consommateur, qui lui, y est vraiment pour rien  ? Personne  !

Ensuite, car  selon les études, environ 10 à 15% des vins sont considérés comme bouchonnés. De fait, lorsque le consommateur achète une caisse de 12 bouteilles, il a une proportion importante de tomber sur une bouteille à mettre à l’évier. Pour du vin à 5 Euros passe encore, mais pour des bouteilles à 500 Euros…..Quel dégât.Et ne croyons pas que les grands vins sont épargnés. Même les plus sérieux, ce qui vont jusqu’à mettre 1 Euros H.T dans le bouchon, sont victimes de cela. J’en ai été l’amère témoin de nombreuses fois.

Enfin, le goût de bouchon, peut prendre diverses caractéristiques. L’amateur reconnait facilement un vin bouchonné. Le nez ne trompe personne. Mais il y a de nombreux vins qui sans être bouchonné n’en sont pas moins déviants et dissimulent sous des atours un peu exubérants une mauvaise qualité de bouchon. Il est alors difficile pour le consommateur d’affirmer que le vin est bouchonné. C’est le cas des nez de poussière ou des bouches qui ne semblent pas nettes et laissant une sensation poussiéreuse sur la langue. Souvent, le vin est mis en cause alors qu’il s’agit du bouchon !

Il devient donc urgent de rechercher des solutions pour palier tout ces inconvénients.

Lors de mon petit voyage à Savennières, je suis tombé sur un « fou » qui s’est risqué à mettre ses vins en capsules à vis. Florent Baumard, du Domaine des Baumard, propose l’ensemble de sa production en capsule. Aussi bien les Clos des Papillons à Savennières que son Verdelho. Et je dois dire que le vin est parfaitement conservé. Nous sommes remontés jusqu’à 2003 en Savennières et les vins avaient gardés toute leur fraîcheur et leur aromatique. De son aveu, il n’a eu aucun souci de conservation depuis qu’il est passé à ce mode de bouchage. Certes, ses clients finaux, les consommateurs, râlent un peu, mais après quelques temps, ils sont ravis et ne changerait pour rien au monde.

Les plus réticents sont les professionnels. Cavistes, sommeliers et autres grossistes. Ils ont une mauvaise image de la capsule à vis, trop industriel, trop dédaigneuse de leur clientèle. Or cette vision est totalement fausse. Il suffit de prendre du temps pour apporter un peu de pédagogie et le client comprends parfaitement les tenants qualitatifs d’une telle méthode. Ils n’ont simplement pas envie de s’embêter avec cela….Dommage, car comme le constate Florent Baumard, un client bien informé est un client fidélisé.

Je trouve que l’usage de la capsule à vis, est avec les progrès technique, l’une des novations les plus importantes pour la conservation des vins ces dernières années. Je trouve simplement lamentable et dommage que les professionnels rejettent cette solution au tire du traditionalisme. Moi aussi, je suis un amoureux du bruit du bouchon, mais je suis surtout un amoureux du vin, et rien ne m’énerve plus que d’ouvrir des bouteilles totalement contaminées par ce fameux goût de bouchon ! Mon choix est fait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*