Du charbon végétal pour restructurer les sols

Lors de notre premier numéro nous vous avions parlé du BRF ou Bois Raméal Fragmenté. Cette technique consiste à broyer les sarments et à les étendent dans les allées, améliorant ainsi la qualité des sols. Aujourd’hui, nous revenons sur une technique intéressante engendrée par Hans-Peter Schmidt de l’Institut Delinat.

le Charbon Végétal couplé à un enherbement et à une irrigation minimale, permet une restructuration des sols sous 5 ans. Le charbon végétal est une pyrolyse de matières organiques (fumier, déchets verts, marc de raisin…). Son pouvoir est la rétention d’eau grâce à une porosité élevée. Ainsi, en période de stress hydrique il permet à la plante de trouver les apports nécessaires. D’autant qu’ils stocke les minéraux et les molécules organiques, améliorant l’humus tout en l’augmentant.

Le Charbon Végétal doit être mélangé avec du fumier ou du compost pour être activé biologiquement. Bien que cette technique soit couteuse, environ 400 euros la tonne, il n’en reste pas moins intéressante car elle s’effectue une seule fois car le charbon bio ne se dégrade pas dans le sol.

Il reste à réaliser des études de qualité des sols pour voir si cette méthode est efficace sur le long terme (les essais sur le court terme sont positif). L’une des utilisations prévues est notamment la restructuration des sols dans les vignes ayant une carence en minéraux et vie du sol de manière rapide et écologique. Gageons que nombre de propriétaires désireux de passer en bio essaieront cette technique.

Yohan Castaing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*