Du plaisir et de l'hédonisme dans la dégustation

J’ai la chance de pouvoir partager avec de nombreuses personnes mon amour pour le vin et pour la viticulture. En essayant d’inciter des groupes de curieux à découvrir le monde du vin, on apprend beaucoup sur la psychologie humaine et notamment sur la psychologie du goût. D’un point de vue sociologique, il est indéniable que le vin et la gastronomie ont de forts attraits de socialisation. Du buveur d’étiquettes qui affiche sa réussite sociale en proposant des vins plus chers les uns que les autres ( que d’ailleurs il est, en majorité, incapable d’apprécier ) à l’intégriste des vins naturels, chacun essaye de se positionner dans cette vie d’un point de vue social en choisissant son « camp » et en ignorant le voisin. Cette pratique aussi curieuse qu’elle puisse paraître n’est que le résultat d’une vie appauvrie par le matériel au détriment du spirituel ou de l’hédoniste pour notre part. Le positionnement de l’individu dans la société est un moyen pour ce dernier d’exister par la différence. Comme si le fait de ne pas être différent imposait une non prise en compte de l’individu, une dépersonnalisation de l’être, le bannissement de la personnalité au rang de médiocrité.

Et pourtant, plus je propose aux gens de découvrir les vins, plus je reste persuadé que l’ouverture, la prise en compte de différences, la banalisation du changement est une notion de plus en plus importante dans notre vie. Découvrir un vin, c’est découvrir un paysage, un terroir, des femmes et des hommes, des techniques de vinification. Par essence, le vin est facteur d’ouverture, de dépassement de ses propres limites, de volonté de comprendre une philosophie. En parcourant les sites Internet, je m’aperçois de la spécialisation à outrance des blogs sur le vin. Et, pour certains, malheureusement d’une volonté de généralisation dans le seul but de porter leurs volontés au pinacle de l’establishment.

NON et NON, le vin ce n’est pas cela. Le vin ce sont des moments de plaisirs, des moments de partage. Le vin nous impose humilité et ouverture. Quiconque a été dérouté devant un vin qu’il ne comprenait pas sait de quoi je parle…

Au nom d’une volonté de spécialisation n’imposons pas notre vision des choses. Respectons les autres et notamment les producteurs de vins. Ils peuvent ne pas être certaines fois, en accord avec nos principes, mais peu importe. La richesse se trouve dans l’échange pas dans l’individualisation.

Le vin facteur d’échange, promoteur de philosophies diverses, respect des femmes et des hommes et développement des idées, c’est mon souhait pour cette nouvelle année 2011.

Alors, échangeons, partageons, animons des débats mais surtout respectons nous. Nous gagnerons en honnêteté, en curiosité, en amour et nous prendrons pleine connaissance de l’instant présent. C’est cela l’hédonisme, c’est cela la passion, c’est cela l’amour du monde du vin.

Ambroise Chambertin

1 commentaires

  1. « La richesse se trouve dans l’échange pas dans l’individualisation. »

    Encore faut-il, pour echanger, que nous ayons des idees bien individuelles. Le vin, c’est avant tout la diversite. Mais je suis tout a fait d’accord pour que l’ouverture d’esprit nous empeche d’etre trop tetus.

    Votre premier paragraph sur notre relation au vin me fait penser au propos tenus dans le livre « Ce que le vin dit de vous », que je vous conseil vivement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*