Enfin un point commun avec Bettane

Le petit journaliste que je suis, petit car je dis ce que je pense et cela n’est pas affaire de félicité dans le monde du vin, à enfin un point commun avec les différents propos de ces derniers jours de Mr Bettane. Très grand dégustateur, le célèbre critique français nous fait vivre les primeurs bordelais via le site de son ami Nicolas de Rouyn. Dans un de ces commentaires il affirme ceci :

Les plus grands vins ne se jugent ni au poids ni aux tanins ni au bois ni à la saveur mais aux sensations tactiles.

Source

En effet, la sensation tactile et le toucher de bouche chez à Jacky Rigaux, bientôt membre de notre comité de dégustation, sont des éléments essentiels de la qualité du vin. Chez Anthocyanes nous insistons beaucoup sur cette caractéristique de la dégustation, plus que sur des pseudos arômes que les dégustateurs recherchent. Dans un article, j’ai affirmé qu’un grand vin n’était pas descriptible. Qu’il se met à jour lorsqu’on le rencontre, pas avant. Cette prise de conscience de l’immédiateté est notamment due aux sensations tactiles du toucher de bouche. Un vin soyeux, ample, dense et qui « vit » en bouche est toujours un grand vin. Jamais un vin moyen.

Je suis heureux que Michel Bettane affirme cela car cela veut dire que dans mon humble parcours de conquête des vins de qualité, je suis sur la bonne voie. A mille lieux du grand dégustateur mais avec la joie de partager des idées avec lui.

Ambroise Chambertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*