Gruaud Larose, l’élégante de Saint-Julien

Gruaud Larose, l’élégante de Saint-Julien

GL4Depuis son rachat en 1997 par Jean Merlaut, Gruaud Larose renoue avec la passion et l’amour de la vigne que son brillant créateur, l’abbé Gruaud, apporta à ce domaine d’exception. Le vignoble est quasiment d’un seul tenant sur un terroir de graves gunziennes, en forme de croupe, absolument superbe, qui permet une irrigation naturelle, clé de voûte pour les vins de qualité dans le Médoc. Et admirer ce paysage du haut d’une tour spécialement érigée pour la beauté simple de la nature, c’est prodigieux.

Le neveu de l’abbé Gruaud, le sieur Larose, bien qu’il accola son nom au domaine, ne se départit point de la même passion pour le vin mais porta toutefois le domaine à son firmament qualitatif grâce au travail acharné de son prédécesseur. Puis le domaine fut scindé, séparé, on ne sait pourquoi entre Gruaud Larose-Sarget et Gruaud Larose-Faure. C’est la famille Cordier, négociant bordelais, qui en 1935 rapprocha les deux entités et redonna vie au vignoble unitaire.

En Septembre 1993, le domaine passa sous la férule d’un groupe institutionnel, plus préoccupé par le clinquant que par la vigne. Alcatel entreprit des travaux titanesques mais laissa de côté le travail au vignoble. Les stocks augmentèrent, les ventes s’écroulèrent, il devenait temps de céder la propriété.

« Le vin des rois, le roi des vins » fut acquis par Jean Merlaut lors du printemps 1997.GL5

Jean Merlaut, sous un aspect mi-débonnaire, mi-poète, est un homme d’affaires redoutable. Il commença sa carrière dans l’assurance avant de tomber amoureux de la vigne. L’acquisition de différents domaines et la création d’un négoce très rentable lui donnent une puissance de frappe qu’il manie avec intelligence et rigueur. Cela ne l’empêche pas d’avoir des « envies », des « amours », pourrait-on dire comme la reprise de la société exploitante de la source d’eau minérale Les Abatilles à Arcachon, simplement pour « préserver une eau minérale girondine ».

Passionné d’hydrologie, il œuvre aussi auprès d’ONG pour forer des puits au Burkina Faso tout en laissant libre cours à sa passion pour la littérature en rachetant le vignoble de Malagar, ancienne propriété de François Mauriac.

Jean Merlaut a donné une vraie impulsion qualitative à Gruaud Larose avec une précision et une netteté que les millésimes antérieurs ne connaissaient plus. L’arrivée de Eric Boissenot, œnologue aussi discret que talentueux, apporte également la rigueur dans la vinification et la réception des vendanges.

Jean Merlaut est un infatigable inventeur, penseur, esthète, poète. Sans être un dandy bordelais, il vit pour le vignoble avec un détachement salutaire qui fait de lui l’un des hommes les mieux renseignés de la région et le plus lucide sur ce milieu du vin pas toujours très conscient des enjeux à venir.

Année après année, les vins de Gruaud Larose gagnent en précision et en élégance. Ne vous attendez pas à un Bordeaux démonstratif, musclé, fier de ses épaules d’athlète, non c’est plutôt un Bordeaux élégant, racé, fin qui a besoin de temps pour s’appréhender. Le temps fait son affaire et les dégustations des primeurs, où il convient de faire mieux que le voisin avant, parfois, de faire bon, ne sont pas son acmé ontologique. Pourtant, Gruaud Larose est un vin de culture, un vin humaniste à l’image de son propriétaire.

GL3

 

 

Sarget de Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2013

Floral et violette, quelques touches de rose. Acidulé, marqué mais pas désagréable, bouche légère, ronde, souple.

Sarget de Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2012

Beau nez floral, élégant avec quelques touches de violette. Charnu, des tanins juteux, une belle gourmandise en bouche avec des notes de fruits frais et une belle finale. Très élégant 2012.

Sarget de Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2011

Fumé, légèrement grillé avec des notes de goudron, d’épices, de cuir et de fruits noirs pour un nez élégant et racé. Matière moyenne, beau grain, de la fraîcheur et une densité de fruit agréable.

 

 

 Sarget de Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2008

65% Cabernet Sauvignon – 21% Merlot – 13% Cabernet Franc – 1% Petit Verdot

Boisé élégant, épicé, légèrement fumé. De la fraîcheur au nez. Bouche droite et élégante, beaux tanins veloutés, finale fraîche et aérienne.

Sarget de Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2006

55% Cabernet Sauvignon – 35% Merlot – 5% Cabernet Franc – 5% Petit Verdot.

Beau nez au boisé et élégant, petite touche de poivron vert restant agréable, épices. Bouche bien équilibrée, toujours un peu de poivron vert avec une bouche tendue, droite et des tanins structurants. Belle jeunesse d’ensemble.

Sarget de Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2003

54% Cabernet Sauvignon – Merlot 28% – Cabernet Franc 8%

Très beau nez de pruneau, d’épices et légèrement tabac. Petite pointe de rose. Bouche élégante, légère et souple, petite finale solaire et aérienne. Un vin qui a gardé son fruit même après ces années.

 

Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2013

Timide. Fleurs et fruits rouges. Poudre de rose à l’aération. Bouche droite, un peu austère à mon goût avec une finale fruitée mais serrée. Doit patienter en bouteilles.

Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2012

66,5% Cabernet Sauvignon – 27% Merlot – 6,5% Petit Verdot

Rose, poudre de rose avec un nez de fruits rouges et de fleurs (pivoine, violette). Matière moyenne mais élégante, tanins fins et délicats pour un vin racé, très typé Bordeaux avec une finale longue et florale.

Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2004

58% Cabernet Sauvignon – 33% Merlot – 5% Cabernet Franc – 3% Petit Verdot – 1% Malbec.

Fraîcheur et côté mentholé au nez, fruits frais, fraise écrasée. Les tanins marquent un peu par une légère bouche un peu stricte, une droiture présente et l’élégance de la propriété.

Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 2001

60% Cabernet Sauvignon – 30% Merlot – 7% Cabernet Franc – 3% Petit Verdot

Fraîcheur et nez fruité et étonnamment dense, belle expression du cabernet sauvignon par des notes mentholées et fruitées (mûre), de la mâche et de beaux tanins fondus. Un vin surprenant d’élégance et charnu pour un millésime complexe.

Château Gruaud Larose – Saint-Julien – 1989

57% Cabernet Sauvignon – 31% Merlot – 7,5% Cabernet Franc – 3% Petit Verdot – 1,5% Malbec

Frais, mentholé, très belles notes de fraise, de mûre, d’épices, légèrement tabac avec toujours une belle fraîcheur. Toucher de bouche fin, élégant, une petite pointe métallique en milieu, pruneau, épices nobles et une finale aérienne. Bouche enlevée et d’une élégance folle. A son optimum aujourd’hui.

GL2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*