Le métier de vigneron est un si beau métier….

Vignes dans la vallée de l'Agly

Le métier de vigneron, malgré sa rudesse et parfois son manque de reconnaissance, est comme tous les métiers liés à la terre, un métier extraordinaire, empreint de majesté et de beauté. Le but du vigneron est, normalement, de permettre à la vigne de produire des raisins sains permettant de vinifier des vins de qualité. Comment, dès lors, peut on permettre à des vignes d’être aussi peu travaillées que celles que nous voyons sur la photo ? Le désherbant règne en maître dans la vigne et les produits phytosanitaire doivent être employés en quantité importante pour palier la vie microbienne. Comment un vigneron digne de ce nom peut-il laisser ses vignes dans un état aussi lamentable ? La réponse est peut-être trouvée : parce que ce n’est pas un vigneron…..

La politique de production quantitativiste des années 1970 à fait énormément de mal à notre agriculture, à tel point, que certains paysans ont perdu la notion du bien au profit du plus. Soyons conscient que le monde du vin n’est pas un monde à part….Les paysans producteurs de lait, de céréales ou de viande, utilisent des produits chimiques ou modifiés afin de produire toujours plus pour un prix toujours moindre.

En cette période de Salon de l’Agriculture, il devient urgent que nous nous posions les bonnes questions et que nous acceptions de manger des aliments sains et goûteux. Certes cela à un prix, mais pourquoi continuons-nous à nous rendre malade avec des nourritures aussi peu qualitatives ?

L’espérance dans une agriculture plus respectueuse de la qualité est peut-être une utopie, mais j’ai encore la force, la volonté et le rêve d’y croire.

3 commentaires

  1. I represent about 100 Domaines out of France and our Family has always chosen the quality path over any other. I would agree with your statements with the one caveat: Is the public ready to pay the price of quality?

    I represent 3 Domaines currently out of the Maconnais, a traditionally lower priced Burgundy region. They are all Biodynamic and take great pains to produce what is largely considered by the press and the profession as some of the top qualitative wines from that region. However these Domaines are being dropped right and left in the USA markets based on the fact that they are just out of the « acceptable » price range for that area. (Quality practices are necessarily more expensive because of reduction of yields and triage)

    So with all the goodwill in the world what do we do? Can the people who would like to access this better quality actually afford to? Can we make the Maconnais acceptable in the higher income bracket? Or does dogma spell doom in the less prestigious regions?

    Peter Wasserman
    a concerned exporter.

  2. salut Ambroise,
    certes c’est juste, mais pour nous amateurs c’est un peu une lapalissade… A nous aussi de porter la bonne parole auprès de nos lecteurs de telle façon qu’on avance… La question est posée, à toi maintenant de nous faire découvrir tes trésors, tes émotions, tes coups d’âme… On compte sur toi.
    A bientôt amico.
    Patrick MACLART.

    • mm

      Voilà, voilà, j’arrive……Laisse moi le temps de mettre mes idées en ordre après tant de rencontres fructueuse. Eh puis j’attends les bons offices de nos amis du CIVR qui nous accompagnent dans la logistique…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*