Les néo-vignerons du Beaujolais

Les néo-vignerons du Beaujolais

En Beaujolais, la révolution semble en marche. Une révolution concentrée, certes, mais où le courant girondin semble avoir sa place. Ne vous méprenez pas, aucune volonté d’opposer les départements français du Rhône et de la Gironde, encore moins l’envie de comparer les deux régions viticoles. Non, si révolution il y a en Beaujolais, elle viendra sans nulle doute, selon l’affirmation girondine, d’un pouvoir décentralisé, sorti des mains des jacobins.
Trop centralisé, le Beaujolais a besoin d’ouverture, de renouvellement, d’une mise à plat complète de son système de production. En décentralisant les lieux de pouvoir et de concentration, donc de décision, les jeunes vignerons rhodaniens reprendront la gestion d’une région viticole pleine de promesses. Car en terres de beaujolais, des promesses il peut y en avoir.
Du point de vue qualitatif, en premier lieu, où l’espoir renait avec l’arrivée de néo-vignerons et la reprise de quelques exploitations familiales par des jeunes. Visions nouvelles, volonté de s’en sortir par le haut, concrétion des idées en une solide volonté de faire bon et bien. A tous les étages du beaujolais, la jeune génération peut et doit insuffler un souffle nouveau à même de remettre au centre des débats une région qui n’aurait jamais dû en sortir. Car le Beaujolais regorge d’atouts. Touristique d’abord puisque, de l’aveu commun, il s’agit d’un des plus beaux vignobles de France avec l’Alsace. Qualitatif ensuite car la marge de progression n’a jamais été aussi élevée et la prise de conscience terrienne aussi proche. Le Beaujolais est terre de terroirs singuliers qu’il convient de laisser s’exprimer en abandonnant les pratiques de vinification propres à les rendre inaudibles (la macération carbonique est de ceux-là). Gustatif enfin car, à une époque où le consommateur n’a jamais autant demandé des vins frais, gouleyants, fruités et gourmands, quelle région française peut proposer des vins abordables et parfaitement adaptés aux gouts d’aujourd’hui ? Sans oublier les beaux rapports qualité/prix qui sont légion dans la région.
Il était donc intéressant de faire un état des lieux de cette nouvelle génération. Le cadre était clair. Des vignerons installés depuis moins de 5 ans ou des jeunes ayant repris le domaine familial depuis le même laps de temps. Il en ressort une sélection particulièrement intéressante. Certains sont sur le bon chemin, d’autres vont le prendre rapidement mais beaucoup possèdent déjà l’attrait et la capacité de rivaliser avec leurs ainés.
La dégustation a été réalisée dans les locaux d’Inter-Beaujolais (dans une parfaite organisation), à l’aveugle et par appellation.
Bonne dégustation…

De nouveau, nous ne voulons que les vignerons

Beaujolais / Beaujolais Villages

Chiroubles / Saint-Amour / Morgon

Moulin-à-Vent / Fleurie

Brouilly / Côte-de-Brouilly / Chénas / Juliénas.

Comments are closed.