Les vignes de Touraine Noble Joué touchées par le gel.

Les tours anti-gel et les alarmes ont fonctionné. Les bougies sensées réchauffer l’air ont été allumées. En vain. Les températures négatives (parfois jusqu’à -5°C) de la nuit de mardi à mercredi ont eu raison de dizaine de bourgeons sur les pieds de vignes.
A Esvres, les viticulteurs évaluent les pertes de 20 à 30 %. Le bilan définitif ne pourra être fait que dans 15 jours.
«On est passé tout près de la catastrophe ! », estime Guillaume Lapaque, directeur de la Fédération des associations viticoles de l’Indre-et-loire et de la Sarthe. «Finalement, on a été moins touchés qu’en 1991 et 1994. Par contre, localement, il y a de gros dégâts. Sur Cravant et Panzoult, dans les gravières, 700 à 800 hectares sur les 2000 de l’appellation ont été touchés. Entre 30 et 50 % des bourgeons sont détruits.»

Une video explicative sur le site de la Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*