L’Iran bannit le terme vin, entre autres.

L’Iran bannit le terme vin, entre autres.

Autrefois engoncé dans un embargo, l’Iran est devenu une nation plus fréquentable aux yeux des maîtres de la planète. Œuvrant pour la paix en stoppant son programme nucléaire, l’état religieux récupère un semblant de bienséance en même temps que 32 milliards de dollars d’avoirs bloqués. Hassan Rohani, Président en exercice, a ainsi déclaré mardi dernier : « les sanctions n’existent plus mais il y a un long chemin jusqu’au développement économique ».

On le sait, l’Iran est un pays dans lequel la consommation d’alcool est interdite. C’est un état de fait qui n’empêche pas au pays de connaître une vague d’alcoolisation importante via de l’alcool de contrebande obligeant le gouvernement à ouvrir 150 centres pour lutter contre ce phénomène.

Mohammad Selgi, le nouveau censeur en chef du pays dans un article paru dans le journal britannique Telegraphexplique vouloir bannir de tous les livres la mention vin, sans explication plausible, dans un pays berceau natif du vin mondial. Fini donc la possibilité, dans ce pays, de simplement faire référence au vin comme source culturelle et historique.

Contrairement à la Révolution Islamique de 1979 où 300 centres de vinification étaient ouverts dans le pays, l’Iran de 2015 interdit l’utilisation du terme vin, sa production et bien évidemment sa consommation.

Mais rassurez-vous, selon nos gouvernants, l’Iran est en voie de bonification. La preuve l’embargo est levé. D’ici à ce que Mohammad Selgi soit venu en France pour recruter nos meilleures éminences grises de l’ANPAA, il n’y a qu’un pas. Il va falloir que je me renseigne…

Source : http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/iran/12109159/Iran-bans-use-of-the-word-wine-and-names-of-foreign-animals-in-books.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*