Le Médoc face à sa grandeur

Le Médoc face à sa grandeur

Les derniers coups de sécateurs ont été donnés la semaine dernière dans le Médoc viticole. Si les premiers indices laissent à penser à un certain optimisme, la réalité du terrain démontre, tout comme en rive droite d’ailleurs, qu’il faudra jouer avec une certaine hétérogénéité.

Ainsi, les vignes ayant soufferts du gel printanier, si elles ne souffrent pas de mauvaise qualité imposent un tri drastique et l’écartement des baies de secondes génération. Des baies forcément moins mures apportant une acidité peu envieuse quand l’on souhaite faire un grand vin.

La pluie ensuite a joué un rôle prépondérant. Les pluies de septembre (début et fin de mois) influent le jeu des vendanges. Si la majorité des merlots sont rentrés avant les grosses averses, ce n’est pas le cas des cabernets qui, selon les endroits, voient entre 75 et 120 mm de pluie s’abattre en quelques jours. Sans compter les journées, et surtout les nuits chaudes, où le botrytis commence à se développer.

Bref, les tenants d’une viticulture « haute couture » sont épargnés. Les autres, sans vouloir vraiment le dire, luttent contre le champignon gris.

Les dégustations des premiers jus est toujours un élément intéressant. Le taux de sucre, la qualité des aromatiques et des fruits ainsi que la rigueur d’ensemble sont autant d’éléments pris en compte dès la naissance de ce nouveau millésime. Et à ce jeu là, le Médoc s’en sort particulièrement bien.

Les merlots, sans être joufflus et juteux, gardent une trame acide très intéressante quand les cabernets étonnent par des notes aromatiques intéressantes à ce stade.

Iil faudra compter avec le Médoc. Mais attention, les pluies ne ce sont pas déversées de manière homogène. La barrière de Labarde semble être, cette année encore, un obstacle quand au nord, vers Saint-Estèphe, la quiétude climatique joue encore les bons élèves. Le Médoc sera hétérogène, c’est évident, mais la seule consolation des propriétaires est d’être passé d’un millésime potentiellement très grand à potentiellement très intéressant. Et on le sait, la réthorique, en matière de vin, est toujours très importante…

Comments are closed.