Pascal Agrapart et le réveil du Champagne de lieu

Pascal Agrapart et le réveil du Champagne de lieu

 L’histoire commence en 1980, année où Pascal rejoint son père au petit domaine familial sis à Avize, qui ne travaillait que quelques hectares, mais avait sa propre pépinière et mettait un tiers de sa petite production en bouteilles. En prenant 1,5 hectare de vignes très bien situées en viager, le domaine s’agrandit significativement dès cette époque pour atteindre une douzaine d’hectares aujourd’hui. Pas de désherbage chimique déjà du temps du père, avec des vignes labourées, alors Pascal décide de vendanger à part les vignes travaillées et découvre qu’elles produisent des raisins qui donnent toujours des vins plus consistants, plus purs, plus sapides. En acquérant de nouvelles parcelles, il généralise le travail des sols et remarque des différences significatives selon les parcelles, que l’on nomme dans la Bourgogne voisine des « climats ». L’intérêt pour le lieu prend alors le pas sur l’effervescence, et dès lors c’est lui qui guidera son esprit et sa main ! Toutes les parcelles sont dans un rayon de quelques kilomètres sur Avize, Cramant et Oiry, communes classées Grand Cru dans la Côte des blancs, paradis du chardonnay. Deux hectares sont classés Premier Cru sur Avenay-Val-d’Or, Bergères les Vertus et Mardeuil. Un hectare est situé plus loin, à une dizaine de kilomètres, sur la Montagne de Reims, et est planté en pinot noir, le terroir d’élection pour ce cépage.

Dès la fin des années 1980, la cause est entendue : le terroir sera donc privilégié, la diversité en son sein célébrée, le Champagne de lieu magnifié. Ce ne sera pas l’effervescence et son style qui aura la première place, mais le respect de l’originalité de chaque lieu, par un travail des sols respectueux des équilibres naturels, qui laissera le murmure de chaque terroir s’exprimer. La qualité des bulles en sortira plus fine encore, l’effervescence bien maîtrisée soulignant la singularité de chaque lieu plutôt que d’imposer un style Agrapart en extra-brut, brut, sec et demi-sec ! Une cuvée « Expérience » ira même jusqu’à utiliser le jus de raisin de la vendange suivante pour apporter les 24 grammes par litre de sucre et les levures indigènes : un Champagne 100 % Champagne de lieu !

Les vignes sont conduites dans l’esprit d’une viticulture biologique, mais sans chercher la certification. Les raisins étant issus de grands terroirs et d’une viticulture de type haute couture, ils arrivent en cuverie avec une maturité des peaux et des pépins. Ils fermentent autour de 22° en cuves de 225 hectolitres, autour de 23-24° en fût, et plutôt en demi-muids de 500 litres achetés aux domaines Didier Dagueneau, Philippe Charlopin et Olivier Lamy. Ils sont élevés sur leurs lies fines de vendanges et ne subissent pas de filtration. Pour Pascal, « la magie du vin se révèle par la fermentation en barrique, avec une lente oxygénation ménagée grâce à l’ouverture des pores du bois.» Tous les vins font leurs fermentations malolactiques complètes.

Champagne Brut « 7 Crus » est une cuvée multi-millésimes composée à 60 % de la récolte 2013 provenant des vignes classées Premier Cru (Avenay Val d’Or, Bergères les Vertus et Mardeuil), et de 40 % de la récolte 2012, vins de réserve de Grands Crus élevés en demi-muids (Avize, Oger, Oiry et Cramant). 90 %  est issu du chardonnay, 10 % du pinot noir. Les vins sont restés sur lies entre 24 et 36 mois. La fermentation malolactique est complète. Le dosage est limité à 7 grammes de sucre/litre, limite basse du brut, même si une tolérance permet de descendre à 3 g/l. On peut monter jusqu’à 15. Les vins sont dégorgés 60 jours avant leur commercialisation, la contre-étiquette mentionne la date de mise en bouteille et de dégorgement. Belle sensation de consistance en entrée de bouche, souple et salivante, on entre de plain-pied dans le grand Champagne !

Champagne Extra Brut Blanc de Blanc Grand Cru « Terroir » est un assemblage de tête de cuvée des terroirs sur Avize, Oger, Cramant et Oiry. Cuvée multi-millésimes, avec 40 % de la récolte 2012 (cuvées Grands Crus du Domaine) et 60 % de la récolte 2011 (vins de réserve de Grands Crus élevés en demi-muids). Les vins sont restés sur lies entre 36 et 48 mois. Le remuage est manuel et le dégorgement est réalisé 60 jours avant commercialisation. Le dosage est limité à 5 grammes de sucre/litre. L’apport de SO 2 est inférieur à 50 mg/litre. La contre-étiquette mentionne la date de mise en bouteille et de dégorgement. Alliance de terroirs exceptionnels et de vieilles vignes, on a un Champagne d’une remarquable verticalité, de très belle consistance, sur une texture qui se déploie admirablement avec un déroulé velouté très long. Subtils amers en finale et exquise minéralité. Les terroirs parlent. Du grand art.

Champagne Extra Brut Grand Cru « Complantée » naît de vignes complantées en chardonnay, pinot noir, pinot meunier, complantee_webpinot blanc, arbane et petit meslier, en nombre égal. Comme pour Jean-Michel Deiss en Alsace, l’idée est de démontrer que le terroir domine les cépages, et qu’il s’exprime avec plus d’intensité. C’est une jeune vigne de 30 ares, dite « La Fosse à Bull », plantée en 2003. Vinification parcellaire en demi-muids 2013 (80 %) et 2012 (20 %). Les vins ont vécu sur leurs lies entre 26 et 36 mois, la mise en bouteille a eu lieu en mai 2014. Le remuage est manuel et le dégorgement se fait 60 jours avant la commercialisation. Le dosage est limité à 5 grammes de sucre par litre. La contre-étiquette mentionne la date de mise en bouteille et de dégorgement. La robe est vive et limpide. « Elle tire l’œil » selon la belle expression d’Henri Jayer. La bulle, très délicate, donne une sensation de soyeux, de tactile. Malgré la jeunesse des vignes, la consistance se révèle avec une grande sensation de flexibilité. Très salivant, très long, d’une éclatante minéralité, avec une élégante rétro-olfaction, tout est en place pour un plaisir raffiné.

Champagne Extra Brut 2010 Blanc de Blanc Grand Cru « Minéral ». Vinification parcellaire en demi-muids et cuves, assemblage des têtes de cuvée 2009 des parcelles d’Avize (Les Champboutons) et de Cramant (Les Bionnes) sur un même profil géologique, un sol pauvre, très calcaire. Les vignes ont passé les 50 ans. Les vins ont été élevés sur leurs lies entre 72 et 84 mois, usant ainsi l’organique pour révéler plus finement le minéral. Le remuage est manuel, la date de dégorgement se fait 60 jours avant la commercialisation. Le dosage est limité à 5 grammes de sucre par litre. La dose de SO 2 est inférieure à 50 mg/litre. La contre-étiquette mentionne la date de mise en bouteille et de dégorgement. Très belle consistance, grande souplesse, belle viscosité salivante, vivacité alerte, texture soyeuse, longueur, persistance aromatique, minéralité radieuse… Pour lui-même et pour des plats de haute gastronomie !

Champagne Extra Brut 2010 Blanc de Blancs Grand Cru « Avizoise ». C’est la cuvée issue des plus vieilles vignes du domaine, la soixantaine radieuse, sur les meilleurs coteaux d’Avize, l’âme du terroir. Exposition sud, sud-est en haut de coteaux sur un sol à forte présence d’argiles. Vinification parcellaire en demi-muids. La mise en bouteille s’est faite sans collage ni filtration, directement sur bouchons de liège et agrafes. Les vins sont élevés sur lies entre 72 et 84 mois, usant ainsi la dimension organique du vin pour que l’extrait sec exprime sereinement la minéralité naturelle de ce haut lieu. Le remuage est manuel et le dégorgement se fait 60 jours avant la commercialisation. Le dosage est limité à 5 grammes de sucre par litre. La robe est somptueuse, les bulles délicates. Les argiles du haut de la parcelle accentuent la largeur du vin, impressionnante dès l’entrée en bouche, et la chair radieuse. La craie plus présente en bas génère une belle verticalité qui s’impose dès la mi-bouche. Très grand vin, tout simplement !

Champagne brut Nature 2009 Blanc de Blanc Grand Cru « Vénus ». La cuvée est issue d’une vinification en demi-muids parcellaire de 60 ares. Plantée en 1959, cette parcelle est idéalement située à mi-coteau. Elle est travaillée exclusivement par l’homme et le cheval. La mise en bouteille s’est faite sans collage ni filtration. Les vins ont vieilli sur lies entre 72 et 84 mois. La cuvée est non dosée (Brut nature). Délicatesse de la robe et des bulles. Grande texture évoquant le taffetas. Très salivant, il laisse se déployer une longue finale saline.

Champagne Brut Nature Blanc de Blancs Grand Cru « Expérience ». Cette cuvée est issue d’une vinification parcellaire en demi-muids. Sélection et assemblage des têtes de cuvée 2012 de vieilles vignes d’Avize (Robards et Bionnes). Pascal a fait une expérience : élaborer une cuvée 100 % raisins, pur produit de la Champagne. Le degré alcoolique est naturel et la première fermentation se fait avec les levures indigènes. Pour la seconde fermentation en bouteille (prise de mousse), Pascal utilise le jus de raisin de la vendange suivante pour apporter l’équivalent de 24 g/l de sucre et des levures indigènes. Aucun sucre exogène donc, et des levures indigènes en première et en deuxième fermentation ! Cette cuvée ne peut donc pas être millésimée puisqu’il y a été ajouté du jus de raisin de la récolte suivante. Mise en bouteille sans collage ni filtration, directement sur bouchons liège et agrafes. Avec la liqueur de dosage on introduit entre 3 et 6% de liquide exogène par bouteille. Ici, avec « Expérience » on est 100 % vin de Champagne ! 2000 bouteilles produites, dont 700 sont vendues.  Le résultat est exemplaire : pureté, grande consistance et belle texture, délicate salivation, long et très digeste… Essai réussi !

Après avoir dégusté cette belle gamme, le palais est en joie. La grande consistance de chaque cuvée se livre avec élégance et texture affirmée. La vivacité est alerte en chacune, la longueur en bouche évidente, la sapidité toujours au rendez-vous. La démonstration est évidente : la vérité est dans le lieu. Chaque vin en délivre le message original. Pour chaque cuvée l’amateur le reçoit dans sa singularité : une diversité de goûts de lieux fièrement assumée, une véritable esthétique du goût affichée.

 

Jacky Rigaux

Comments are closed.