Jazz in Plaimont

Jazz in Plaimont

111909plaimontPour tout amateur de jazz, le festival Jazz in Marciac dans le Gers est devenu une étape aussi importante que celles de la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Les spectateurs férus des plus grands noms de jazz dont l’immense Sonny Rollins, vedette fréquente de ce rendez-vous estival, ont appris depuis longtemps que l’amour du jazz s’accorde bien avec les vins locaux, et notamment ceux réalisés par Plaimont Producteurs, partenaire de ce festival qui se déroule cette année du 29 juillet au 15 août.

C’est en 1979 – l’année suivant celle qui a vu les débuts du festival de jazz à Marciac – que cette union de caves coopératives a vu le jour, tirant son nom des initiales des trois caves fondatrices, Plaisance, Aignan et Saint Mont.  20 ans plus tard les caves de Crouseilles et de Condom les ont rejoint. Force est de constater qu’en dehors des amateurs de jazz et des pèlerins, beaucoup d’amateurs de bonnes bouteilles ignorent toujours la richesse de la partition de cépages et la vaste gamme de vins au fruit croquant proposés par Plaimont Producteurs, entité dirigée par Olivier Bourdet-Pees depuis 2012.

Dans la foulée du festival – dont un point fort sera la soirée musicale et oenotouristique gratuite organisée en concert avec les vignerons de Saint Mont au Château Sabazan le 6 août – aura lieu du 12 au 13 septembre les Rencontres Ampélographiques de Saint Mont pour approfondir la connaissances des cépages rares du Piémont Pyrénéen.

Une gamme de cépages locaux

Une dégustation récente à Paris, vraiment épatante, a mis en avant l’étendue de la gamme qui privilégie ces cépages locaux. Les échantillons présentés allaient de deux rouges simples mais délicieux, le Moonseng (Côtes de Gascogne IGP) proposé à 5 €, issu d’un cépage rare, le manseng noir (en assemblage avec du merlot) et le Béret Noir à 6€, un AOC Saint Mont à base de tannat, mais ayant aussi un soupçon de cabernet sauvignon et du rare pinenc, jusqu’aux vins valorisant les sites privilégiés de l’appellation –  » les vignobles emblématiques aux terroirs uniques » comme le Château Sabazan, avec une mini-verticale allant de 2014 à 1988.

Mention spéciale pour quelques cuvées rares, dont la Monastère de Saint-Mont 2008 à 18€ (propriété acquise par Plaimont Producteurs en 2016, mais la cuvée de ce nom remonte à 1995),  et un très beau La Madeleine 2013 (35€), à majorité tannat issu d’une minuscule parcelle de 70 ares plantée dans les années 1880, juste après la crise du phylloxéra. Enfin, ultime rareté, la très vibrante cuvée Vignes Préphylloxériques 2012 (65€), issue d’une parcelle de 20 ares de sol sablonneux, composée de vignes francs de pied. Elle seule justifie que tout amateur de vins singuliers prenne son bâton pour emprunter le chemin vers le Saint Mont afin de découvrir ces vins qui vont faire « jazzer ».

Eric Riewer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*