Première journée Primeurs 2012 Bordeaux

Première journée marathon, hier, chez les plus grands du Médoc, afin de vérifier l’état global du millésime et de pouvoir trouver des étalons de comparaison. Quels constats ? :

– Tout d’abord la climatologie fut très perturbante pour la vigne. Après un printemps froid et pluvieux, les mois de mi-Juillet à Septembre furent très chauds et certaines vignes souffrirent d’un stress hydrique. Dès lors les terroirs chauds proposant des argiles profondes ont réussi à tirer leur épingle du jeu (c’est le cas par exemple de Mouton Rothschild).

– La maturité fut très lente ce qui amena des dates de vendanges, toute fin Septembre pour les Merlot et début/mi Octobre pour les autres cépages. Cette maturation lente a engendrée des peaux épaisses et un grain très fin et des tanins soyeux.

– Les pluies commencèrent à partir du mi-Septembre ce qui permis de limiter le stress hydrique, de « nettoyer » les raisins et de donner une fraîcheur certaine. Mais cela a eu pour incidence, toujours sur les terroirs un peu froid, de diluer quelque peu les vins. On le ressent en milieu de bouche ou certains offrent un léger creux, pas très grave, mais venant amoindrir le potentiel de garde.

Pour un résumé rapide des propriétés visitées, nous pouvons dire que Margaux propose des vins d’un grand classicisme avec de l’opulence, des tanins suaves et enjôleurs et beaucoup de chaire. Latour, reste un peu en dedans avec une légère dilution en milieu de bouche, Mouton R. est l’une des réussites du millésime grâce à ces terroirs chauds et ses argiles profondes, d’Armailhac est magnifique bien qu’atypique, Palmer reste dans son style velouté, crémeux et opulent, Boyd Cantenac offre fraîcheur et allonge quand à Lafite R. son côté austère est légèrement gommé par des tanins veloutés, frais et enrobants. Mention spéciale pour Leoville Las Cases et Petit Lion qui sont des vins pleins, droits, suaves et d’une grande finesse.

Ce qui est sûr, c’est que les Cabernets Sauvignons dégustés sont parfaitement dans la lignée du cépage, belle aromatique de mûres, de cassis avec des allonges et des tanins structurants mais pas asséchants. Une bouche droite, rectiligne et des finales aérienne.

Il conviendra de réaliser un tri sévère dans les domaines, mais cet « échantillon » de toute première qualité en Médoc nous laisse à penser que le millésime est très intéressant, pas l’un des plus grands, mais qui proposera de grands bordeaux à boire dans les 10/15 années qui viennent pour les plus grands et dans les 5 à 10 ans pour les autres. A condition que les prix soient raisonnables….!!!

Quelques photos :

chateau latour
chateau latour

 

lafite rothschild

chevalier - ladite
wine dream team

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*