Quelles conséquences de ce désastreux mois de Juillet

Juillet n’est pas encore terminé et il est audacieux de tirer des grandes leçons, mais nous allons essayer de comprendre quelles sont les conséquences de ce premier mois d’été sur la vigne. Après un printemps très chaud et très lumineux, qui à permis à la vigne d’avoir 15 jours d’avance et de pousser rapidement, le mois de Juillet connaît des températures dignes d’un mois de Mars. Certes la vigne était en stress hydrique et la fleur s’est réalisée sous un beau soleil (quelques pluies à Bordeaux), mais la froideur du Juillet va ralentir le cycle végétatif de la vigne et, peut être, retarder le mûrissement des raisins. D’autant que la quantité de pluie n’est pas négligeable et pourrait venir ajouter quelques attaques de maladie cryptogamiques.

Bien qu’un vieil adage affirme que le mois d’Août fait le moût, il n’en reste pas moins vrai que le mûrissement va se jouer le mois prochain et pas ce mois-ci.

Espérons dès lors que les températures ne seront pas caniculaires et que nous aurons un bel écart entre le jour et la nuit, ce qui est toujours propice à la vigne. Printemps exceptionnel, juillet morose….Ceux qui commençaient à préparer les esprits pour un grand millésime 2011 vont devoir calmer leurs ardeurs, notamment en bordelais. Eh oui chers propriétaires, il va falloir correctement justifier des prix très trop élevés.

Ambroise Chambertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*