Questionnaire : Sylvain Boutée – Clos des Boutes

Questionnaire : Sylvain Boutée – Clos des Boutes

boutéeDans le numéro 17 de la revue Anthocyanes, nous avons souhaité mettre en avant Sylvain Boutée du Clos des Boutes. Retrouvez le Vendredi dans la rubrique vin de la semaine. En attendant, commencez à faire connaissance avec ce génial vigneron grâce à notre questionnaire.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots (formation, parenté, cursus professionnel) ?

Mes parents étaient cavistes à la frontière Belge. Ayant toujours voulu travailler dans l’agriculture comme mes grands parents, je me suis tourné vers la viticulture et suis parti dès 15 ans à Beaune avec pour objectif d’apprendre les métiers de la vigne et du vin mais je ne pensais pas être un jour vigneron. Puis ce fut Montpellier, Bordeaux et enfin Nîmes en 1998. En 2003, je saute le pas et décide de travailler pour moi en reprenant une dizaine d’hectares de vignes qui n’intéressaient pas grand monde, heureusement pour moi.

Votre métier ? Vigneron

Votre premier vin ?

Je pense que cela doit être un St Emilion, peut-être un Château Trimoulet, un des vins préférés de mes parents à l’époque.

Où l’avez-vous bu ?

Certainement un dimanche midi, repas dominical

Bonne ou mauvaise expérience ?

Apparemment bonne !

Votre meilleur souvenir de dégustation ?

Il y a en plusieurs et tous dans des contextes différents mais je dirai spontanément lors de mes premiers stages en Bourgogne

Où ?

Au Clos de Tart

Pourquoi fait-il partie de vos meilleurs souvenirs ?

J’avais 15 ou 16 ans à l’époque, je découvrais réellement le monde de la vigne et du vin. Travailler et déguster dans ces caves voutées ou rien n’avait bougé depuis des siècles était extraordinaire.

 Votre dernier coup de cœur pour un vin ?

Un Œillade du Mas Lau (Languedoc)

Pourquoi ?

Un vieux cépage languedocien qui, dans ce cas, retrouve toute sa place : fluidité, finesse et plaisir.

Le vin que vous emporteriez sur une île déserte ?

Un vin anti « coup de blues »…

Le meilleur lieu pour consommer du vin en toute quiétude ?

Chez soi en duo ou entre amis

Que représente la culture vin pour vous ?

C’est une communauté d’idées et de références, elle est multiple.

Pourquoi avoir choisi de réaliser des vins « nature » ?

Je ne me suis pas posé la question en ces termes et ne revendique pas la dénomination de vins « nature ». Mon installation en bio et le passage progressif en biodynamie font partie d’un cheminement, je cherche à réaliser des vins qui reflètent mon travail, mon terroir, avec une identité propre, cela passe forcement par un grand respect de la vigne, du raisin puis du vin. Je pratique des vinifications très peu interventionnistes avec des levures indigènes et une utilisation du soufre très modérée, essentiellement avant mise en bouteille pour protéger et stabiliser les vins.

 Ne trouvez-vous pas que le mouvement est en pleine évolution ?

Oui, c’est un mouvement qui a incontestablement fait bouger les lignes, Il y a eu des excès et aujourd’hui les choses s’équilibrent.

 A quoi pensez-vous quand vous êtes dans les vignes ?

Je passe la majeure partie de l’année dans les vignes et j’avoue que plein de choses me passent par la tête !

 Être vigneron, quelle représentation donnez-vous à ce titre ?

J’ai la chance que ce soit mon métier mais je ne lui donne pas de symbolique particulière. Cela ne définit pas une personne même si je reconnais que notre relation avec le « vivant » influence beaucoup notre façon de voir les choses.

 Culture et vin, cela vous inspire quoi ?

Le vin a toujours été intimement lié à la culture, c’est un peu comme ces vieux couples qui parfois se déchirent mais qui sont incapables de se séparer.

Et l’avenir du vin, vous le voyez comment ?

Plutôt positif, sa place dans la société évoluera et il faudra être vigilent sur ses évolutions. Pour beaucoup le vin est synonyme de plaisir et de convivialité c’est un réel atout.

 Et le vôtre ?

Je suis encore loin d’être au bout de mon projet personnel et professionnel, j’espère simplement avoir le temps de mener cela à bien.

Rien à rajouter ?

Non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*