Réhabilitons le Carignan

Le Carignan cépage constesté dans le Roussillon a été une vraie révélation lors de notre voyage dans la vallée. Décrié au point que les autorités agricoles de la région conseille de l’arracher et de planter des « cépages améliorateurs », telle que la Syrah, qui ne supporte pas les climats venteux ( un comble pour la région de Perpignan, sans doute l’une des plus venteuses de France ). Et pourtant le Carignan à d’énormes atouts si il est correctement cultivé et possède même tous les atours d’un grand cépage quand les parcelles sont situées légèrement en hauteur et sur des terroirs adaptés.

Il faut dire que le peu de considération de ce cépage, vient notamment, des techniques viticoles utilisées ces dernières années et totalement inadaptées. Vendangé en surmaturité il donne des arômes puissants et lourds et des tanins soyeux mais avec un creux en milieu de bouche, en surproduction la tannicité ressort et propose une couleur profonde mais peu d’arômes et surtout des rendements élevés. Il faut connaître le Carignan pour le ramasser au bon moment et lui laisser toute l’acidité nécessaire pour en faire un cépage merveilleux et des vins à la fois fruités, croquants et avec une structure ample et soyeuse.

L’origine du Carignan vient d’Espagne où la culture à presque disparue, pour les mêmes raisons productivistes que le Roussillon. Son nom provient de la ville de Carinena dans la province de Saragosse, dont l’ancien nom était Caranyena. Il est importé au Moyen Âge grâce lors l’essor du chemin de Saint Jacques de Compostelle. Par la suite il fut planté dans les plaines irriguées du Languedoc et devint le cépage tant décrié que l’on peut connaître aujourd’hui. Michel Flanzy (narbonnais et pilier de l’oenologie moderne) essaya de le réhabiliter notamment par la macération carbonique.

Aujourd’hui le Carignan s’exprime avec une très belle réussite sur les terroirs schisteux et calcaires de la vallée et l’arrivée de vignerons issus de nouvelles contrées et le travail de qualité réalisé par les vignerons du cru, tel la famille Gauby, ont pour objectif de le mettre en avant et de lui donner tout le potentiel qu’il mérite.

Ambroise Chambertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*