Roussillon sur la Roots 66

Lundi, par un temps doux et annonciateur de quelques pluies, j’ai eu la chance de passé du temps dans la superbe région du Roussillon. A Montner, au cayot (petite maison de vignes) du Clot de l’Oum, face au majestueux Canigou, avait lieu une dégustation des plus intéressantes.

Quelques belles pointures de la région s’étaient donné rendez-vous sous la bannière « Roots 66 » pour faire déguster leurs productions et partager un petit peu de cochonnailles. De la sympathie et de la simplicité propres à donner du baume au coeur à tout déprimé en puissance.

Il y avait quelques journalistes, pas de plus connus (la preuve j’y étais ! ), qui avaient braver les épreuves pour venir rencontrer les vignerons. Malheureusement il n’y en avait pas beaucoup, à mon avis, pas autant que ne devrait le laisser présager l’excellente qualité des vins des Fenouillèdes. Car, ce petit rendez-vous, à pris la relève du Salon des Fenouillèdes, organisé il y a quelques temps par un ancien négociant parti se réfugier dans des contrées lointaines….

C’est dommage car les vins de la région méritent vraiment l’intérêt des journalistes et l’on peut y découvrir de nombreux jeunes attirés par les prix peu élevés des vignes et par la capacité à trouver des très beaux terroirs.

42 propriétaires étaient réunis et je dois dire que l’homogénéité était impressionnante. Que ce soit en blanc, en rouge ou en vins mutés, le niveau qualitatif était présent et permettait de se rendre compte du saut qualitatif de ces dernières années. Dans le premier numéro d’Anthocyanes, nous nous étions attardé sur cette région. Aujourd’hui, un an après, nous avons pu découvrir de nouveaux vignerons et affirmer nos choix de l’année dernière.

La vallée de l’Agly et les Fenouillèdes (reconnaissons que la limite est parfois ténue) sont des terres à vin, des magnifiques terroirs à blancs. N’en déplaise à certains vignerons ronchons qui refusent toujours de recevoir les journalistes (!), nous pensons vraiment que le Carignan et les Grenache gris permettent une expression de terroir magnifique.

D’ici quelques temps, dans la revue et sur le site Internet, nous serons ravi de partager avec vous quelques notes de dégustation. D’ici là, n’hésitez pas, consommez les vins du Roussillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*