Suis-je atteint d'agueusie ?

Certaines fois, sans savoir pourquoi, sans être capable de donner une explication, nous passons à côté de certains vins. Il est vrai que dans le métier, il n’est pas « politiquement correct » pour un dégustateur de dire qu’il passe à côté d’un vin. Mettre à jour une faiblesse, d’autant plus importante qu’elle constitue l’un des socles du métier (le goût), c’est révéler une faiblesse, une faille dans l’armure indestructible de l’objectivisme des dégustateurs.

Eh bien, je le dis haut et fort : »Je suis passé à côté de Domaine Revelette ». Ce vin de pays des Bouches du Rhône, est aujourd’hui considéré comme une valeur sûre de sa région. Une amie sommelière, m’a permis d’en déguster quelques bouteilles. D’ailleurs, son charmant Papa travaille dans les vignes du domaine. Après avoir déguster quelques bouteilles de rouge, je n’arrivais pas à comprendre le vin et à le déguster correctement. Je pense que les bouteilles sont fermées et qu’il faut lui laisser le temps. D’autant que le domaine est connu pour des blancs, révélant une complexité aromatique et un fruité présent. Passant outre mes considérations sur les rouges, je décide d’ouvrir une bouteille de blanc hier soir.

Eh là ! PAF.. La même chose. Impossible de comprendre le vin. Peu d’arômes, un nez fermé et une structure un peu décalée vers l’alcool. Je ne peux pas y croire. Connaissant la technicité de mon amie sommelière, je suis sûr, que lorsqu’elle me propose de déguster un vin, ce dernier est qualitativement parfait. La seule possibilité est que je sois atteint d’agueusie. Soudain, me reviens en mémoire, la chambre d’hôpital morne et glacée où De Funès, dans l’Aile ou la Cuisse, se rend compte qu’il est atteint du même syndrome. Ne disposant pas de restaurants de qualité à côté de chez moi, j’ouvre le frigo et sors un morceau de superbe Comté 24 mois de mon fromager préféré. Quel bonheur de sentir, de goûter, de profiter des arômes fruités de ce fabuleux fromage. Conclusion : je ne ressemble pas à De Funès, tout au moins au niveau du phyique….Rassurez vous Mesdames…!

Je dois donc l’avouer et je n’ose incriminer le vin. Je suis passé à côté du Domaine de Revelette. Le vin est fermé et il lui faut un peu de temps pour s’ouvrir. Par honnêteté, je ne souhaite pas dire que le vin n’est pas à la hauteur, et je trouve ce constat intéressant. Nous ne sommes pas de machines et nous pouvons très facilement passé à côté d’un vin. Nous ne devons pas incriminer les vins mais plutôt se demander ce qu’il nous arrive, pourquoi nous n’arrivons pas à comprendre, sur le moment, la complexité et le caractère parfois teigneux du vin. En fait nous devons faire preuve d’humilité, mot que certaines dégustateurs et nombres de vignerons de connaissent malheureusement pas.

Méditons sur l’humilité de la dégustation et n’ayons pas la facilité de croire qu’il s’agit uniquement du vin….

Ambroise Chambertin

3 commentaires

  1. Bonjour,

    Je travaille dans le vin et votre article retient toute mon attention.
    Juste pour dire que parfois j’ai pas le goût, j’ai beau ouvrir tout ce que je peux, la rencontre se fait pas et pour être honnête j’ai dégusté chez Revelette et j’ai eu des ressentis similaires aux vôtres.
    Cordialement,

    Gaëlle
    .

    • mm

      Bonjour Gaëlle,

      Merci pour votre commentaire. Effectivement je passe à côté mais je ne désespère pas et je tenterais un essai prochainement.

      Cordialement,

      Ambroise

  2. Bonjour,
    votre article est très sympa, juste pour confirmer vos dire , que comme nous , nous avons des hauts et des bas , les vins ont eux aussi des périodes ou courbe d’expression?, durant l’année et qu’ils sont sensibles à la pression atmosphérique, tout comme nous:
    Amicalement
    Grimm Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*