Thibault Liger-Belair relaxé

Thibault Liger-Belair relaxé

Thibault Liger-Belair, célèbre vigneron de Nuits-Saint-Georges et propriétaire d’un domaine éponyme dans le Beaujolais, vient d’être relaxé dans son procès.

Hier, Mardi 15 Décembre 2015, Thibault Liger-Belair était donc convoqué devant le tribunal de Villefranche-sur-Saône pour entendre le verdict de son procès. En Mai dernier, il avait été poursuivi par la préfecture de Saône-et-Loire pour avoir refusé de traiter ses vignes contre une épidémie ravageuse, la flavescence dorée. Or, le vigneron, en culture biodynamique, ne possède aucune trace de flavescence dans ses vignes et surtout utilise une méthode plus holistique pour traiter contre l’insecte se refusant d’utiliser des pesticides, contraire à son éthique de culture.

Mais là où l’affaire se corse, c’est que les vignes situées sur l’appellation Moulin-à-Vent sont à cheval sur deux départements. Une partie dans le Rhône, l’autre partie en Saône-et-Loire. D’un côté, aucune obligation de traiter, de l’autre un décret préfectoral imposant la lutte contre l’insecte ravageur. Un vrai casse-tête.

Interrogé par mes soins pour le magazine Decanter, Thibault semblait confiant et voulait faire de ce procès une tribune pour dénoncer les aberrances d’un système qui impose une lutte systématique sans connaître, ni les effets, ni les conséquences sur la vigne et les vignerons.

Hier, donc, l’affaire fut jugée. Assez rapidement, à vrai dire, car le décret préfectoral imposant la pulvérisation d’insecticides sur les vignes beaujolaises n’ayant pas été validé par Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, est nul et non avenu. Thibault est ressorti innocenté de cet épisode, bel exemple d’un imbroglio à la française !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*