Valandraud, 1er Grand Cru Classé

Le petit village de Saint Emilion, d’habitude très tranquille, est agité ces derniers jours par l’effervescence de l’annonce du nouveau classement de Saint-Emilion. Tout le monde y allait de son pronostic pour rétrograder un tel ou permettre à un autre d’obtenir le sacro saint étage des 1er Grand Cru Classé.

Ce matin, les résultats ont été annoncés par envoi de lettre recommandée. L’un des domaines qui a été promu est le célèbre « vin de garage » de Jean Luc Thunevin, Domaine de Valandraud.

Crée en 1989, après l’acquisition d’une petite parcelle de 0,6 hectare située entre Pavie Macquin et La Clotte, Jean Luc Thunevin et son épouse ont conquis petit à petit les marches de la renommée.  Aujourd’hui le domaine s’étend sur presque 10 hectares.

L’intelligence et le sens du commerce de Jean Luc Thunevin l’a toujours éloigné des sphères bien pensantes de la bourgeoisie Saint-Emilionnaise. Son heure de gloire, il l ‘a connue avec la création de la dénomination « vin de garage ». Ce style de vin, vinifié dans un garage (c’était le cas de Valandraud) et dont le célèbre critique R. Parker raffolé. Des vins aux faibles rendements et aux prix très élevés.

Incontrôlable, libre et volontiers sarcastique, Jean Luc Thunevin est désormais un propriétaire comblé par ce nouveau classement : « Moi qui n’ai jamais réussi d’examen à l’école, je suis très fier d’être promu dans la catégorie des 1er GCC ».

Mr Thunevin reste admiratif de sa région Saint Emilionnaise, « C’est formidable que St Emilion puisse se remettre en question. Moi qui n’ai jamais aimé la rigidité des classements, je suis convaincu que ce remise en question régulière est salutaire pour l’appellation ». Espérant également « voir d’autres châteaux promu car on a un déficit par rapport à la rive gauche. Nous avons besoin de plus de Grands Crus Classés A et le nouveau venu dans les Grands Crus Classés sont toujours intéressants pour notre notoritété ».

Ce classement n’est pas sans risque. En effet, la dernière mouture a été attaquée par les châteaux étant déclassés. Avec sa faconde habituelle, notre heureux propriétaire ne comprend pas « que des intérêts privés passent avant des intérêts collectifs ». En effet, les plaintes des châteaux ayant été déclassés avaient tout simplement annulé le précédent classement.

Il ne reste plus qu’à avoir des nouvelles de l’INAO pour connaître le classement dans son intégralité.

1 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*