Vendanges 2011 : historique ?

Les chaleurs de ces derniers jours ont réussies à faire tourner la tête de certains viticulteurs, notamment dans le bordelais. Même si l’on sait que les autochtones sont enclin à une communication d’avant garde (entendons par là, la volonté de communiquer avant tout le monde…), il n’en reste pas moins étonnant, voire un peu fou, que certains viticulteur/courtier ose annoncer un millésime historique…..! (site Internet de l’Express). L’avance végétative due à la chaleur et le beau temps, facteur de luminosité, annoncent, d’après ces personnes, un millésime de très grande classe. Nonobstant les caprices de la météo, on voit ici que le but est de faire passer dans l’opinion une pression des prix qui ne se dément pas avec le millésime 2010. Les bordelais voudraient-ils augmenter les prix après des niveaux jamais atteints en 2009 et 2010 ?

Cette volonté d’augmentation des prix, de maximisation du profit (comme dirait Marx) devient indécente voire économiquement non viable. Comme le disent les américains les « arbres ne touchent pas le ciel ». Il est impossible de faire monter les prix sans réaction (souvent excessives) du marché. Il serait donc logique qu’après cet épisode de pure spéculation, nous éloignant de plus en plus du monde du vin, les bordelais sentent un retournement de situation très fort, voire historique !….

Le problème c’est que les viticulteurs des autres régions productrices sont en train de jouer le même jeu en annonçant également que le millésime va être superbe, certains affirmant que les dates de vendanges seront au premier jours d’Août au lieu du 30 habituellement (notamment en Provence). Mais n’oublions pas une chose, le millésime 1976, victime de la célèbre sécheresse qui engendra un impôt du même nom, n’a pas produit des vins superbes. Certes les progrès viticole et vinicole n’étaient pas les mêmes, mais un millésime très chaud n’est pas un facteur de qualité. D’autant, encore une fois, que les éléments peuvent se déchainer avec autant de forces et de violence, que le ridicule de ces affirmations, prompt à tromper les consommateurs.

Ambroise Chambertin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*