Vin de la semaine : Gaillac by Lionel Osmin et Cie

gaillac_osminDans le numéro 14 de la revue Anthocyanes, j’ai souhaité mettre en exergue les vins réalisés par la société de négoce Lionel Osmin. D’une part pour que le terme « négoce » ne soit plus galvaudé par une vision trop souvent de piètre qualité mais également pour donner de la lumière à cette jeune équipe qui réalise un travail de fond sur l’ensemble du Sud-Ouest.

Lionel Osmin et Cie, c’est donc une « petite » structure, à l’esprit familial, qui a décidé de redonner des lettres de noblesse perdues aux vins du Sud-Ouest. Il est vrai qu’à part quelques « stars » et quelques domaines emblématiques, les vins de cette région n’ont pas l’exposition qu’ils méritent. Et Dieu sait que de nombreux viticulteurs réalisent de très beaux vins.

Lionel Osmin est le fondateur et commercial et Damiens Sartori, le vinificateur. Ils possèdent la volonté de la jeunesse et cette dose d’insouciance nécessaire à la genèse d’une telle entreprise. Leur crédo est simple, redonner leurs lettres de noblesse aux cépages autochtones. C’est le cas avec ce Gaillac, un mélange de Duras et de Braucol ou Fer Servadou.

Le Fer Servadou est un cépage tannique dont le nom latin ferus signifie sauvage. C’est vrai que le cépage est un peu sauvage avec sa masse tannique relativement dense et des arômes végétaux. Mais, ici comme en toute chose, il est affaire de dosage. Plus habitué aux terroirs des alentours de Marcillac, dans l’Aveyron, le Fer Servadou est parfaitement maîtrisé ce qui permet au vin de garder une netteté et une tension lui apportant de la longueur.

Le Duras est quant à lui un cépage typique du Sud-Ouest et notamment l’une des singularités de l’appellation Gaillac. Duras est dérivé du mot dur, employé pour décrire la dureté du bois de sarment. Le Duras est un cépage exprimant de belles trames aromatiques sur le fruit et les fleurs, à condition que son rendement soit correctement contrôlé. En 2009, il n’y en avait plus que 923 hectares en France, principalement à Gaillac mais également dans les régions des Côtes de Millau et des vins d’Estaing.

Le défi de la maison Osmin est totalement réussi. Le Gaillac proposé est un vin frais, aromatique, voire très aromatique, où les risques de verdeur et la lourdeur tannique sont totalement absents. Il en résulte un vin gourmand, gouleyant et d’un super rapport qualité/prix car il est vendu aux alentours de 10 Euros, voire en dessous pour certains cavistes.

 

Lionel Osmin et Cie – Gaillac – Duras & Braucol – 2012 – Rouge

Un mélange de 60% Duras et 40% Braucol. Très beaux fruits de myrtille, fruits noirs, violette avec des arômes très floraux. Frais, pur et net en bouche avec des tanins bien en place et une finale avec une très belle amertume. Un vin plaisir magnifiquement digeste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*