Week-end oblige : Château Baudare – Vieilles Vignes – Fronton – 2013

Week-end oblige : Château Baudare – Vieilles Vignes – Fronton – 2013

art919bigOublions un temps les grands vins que nous sortirons de la cave de papa pour Noël (oui, il vaut mieux taper dans la cave de papa que dans la sienne !) et profitons d’une météo hivernale absurdement idéale pour regarder du côté du Sud-Ouest, en terre, presque toulousaine.

Fronton, c’est un peu le Beaujolais de Toulouse. Mais en mieux ! Des vins frais, élégants, très fruités et diablement agréables en été quand il s’agit de se détendre le gosier avec quelques jus bien choisis. J’aime les vins qui possèdent un fruit gourmand, une belle texture sans nous amener à intellectualiser la chose. Des vins plaisir, quoi. Tout Fronton. Alors on fonce.

Et puis à Fronton, il y a une particularité que l’on ne retrouve presque nulle part ailleurs. Rien que pour cela, buveur curieux, courir-chez-ton-caviste-tu-dois pour acheter une quille de Fronton. La négrette est cette particularité. Cépage aux accents épicés voire poivrés, mâtiné d’arômes de violette, il est un compagnon idéal pour l’amateur de vins élégants, frais, sans prise de tête.

Soi-disant il arrive de Jérusalem et aurait été ramené par les Chevaliers de l’Ordre de Malte en ballade annuelle dans le coin. Peu importe. A Fronton il peut être vinifié seul ou couplé avec d’autres cépages : Gamay, Cot, Cabernet Franc et Sauvignon et Syrah. Un inventaire à la Prévert qui donne toujours des vins agréables.

Seul petit bémol, dans cette appellation, l’amertume. Oui les vins possèdent une amertume relativement importante mais si vous être comme moi et que vous considérez que cela fait partie intégrante d’un vin, alors « y’a pas de souci ! ».

L’étiquette est un peu moche. Il faut le reconnaître. Les bourguignons pourraient même être jaloux, c’est dire ! Mais on s’en fout. Ce que l’on veut c’est le contenu, laissons le contenant de côté un instant. La trame aromatique est particulièrement savoureuse. Des notes de fraises bien mûres, de la violette, quelques épices. En bouche, la texture juteuse joue parfaitement son rôle de sapidité, d’accompagnement pour la table, sans coup férir sur la complexité. C’est ce que j’aime dans ce vin, sa tonalité fraîche et buvable à même de rassasier ma soif. Un vin franc, honnête et plein de promesses.

Et puis, et puis…..Le prix. 7,90 Euros. Plus rien à ajouter !

[review]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*