Confirmation, s’il en était nécessaire, de la vente du Domaine de la Bégude.

Nous l’avions annoncé en exclusivité le 3 décembre 2021. Le Domaine de la Bégude, magnifique propriété située au Camp du Castellet sur l’appellation Bandol, a été racheté par Christian Roulleau, fondateur du groupe Samsic et actuel propriétaire du Grand Cru Classé Château Dauzac.

L’information vient d’être confirmée (comme s’il en était besoin !) par l’invitation à une conférence de presse le 7 septembre 2022 à 11 heures à Paris, en présence de Laurent Fortin, directeur de Ch. Dauzac, et de Guillaume Tari, désormais ex-propriétaire du Domaine de la Bégude, confirmant ainsi la vente du domaine.

Certaines collègues bien intentionnées ont mis en doute la véracité de cette information en publiant sur Facebook des propos contraires. « Je pense que bien des vagues viendront s’échouer sur les côtes avant que cette bastide farouchement indépendante ne tombe aux mains d’investisseurs en quête de rosé de Provence » affirmait sur son post Facebook, depuis effacé, Birte Jantzen, apparemment journaliste indépendante.

Affirmant également dans un post, lui aussi désormais effacé, que je créais des rumeurs inutiles lorsque je l’informais de la fiabilité de mes sources, me donnant par là une leçon de journalisme dont je devais me souvenir.

Et que dire du commentaire d’Elizabeth Gabay MW, critique anglaise, sur LinkedIn qui me demandait également de retirer mon article, car les informations étaient fausses.

Aujourd’hui, les vagues viennent se fracasser sur la déontologie journalistique. Oui, Anthocyanes est une bastide farouche, un média qui souhaite pratiquer un journalisme de qualité et publier des informations vérifiées et réelles. Anthocyanes est un vrai média indépendant, lui. Nous avons des informations tout au long de l’année et nous nous attachons à vérifier et à contacter les propriétaires, au risque souvent de passer à côté lorsque les dires de certains ne sont pas toujours respectés. C’est ainsi.

Nous croyons en la déontologie journalistique. Notre liberté n’a pas de prix, mais elle a un cout, celui du travail et du respect des abonnés qui nous font vivre.

Site Footer

Sliding Sidebar

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Suivez-moi sur Twitter

© Anthocyanes 2022