Vin de la semaine : Mas Janeil – Sans Soufre – Côtes du Roussillon Villages – 2019

François Lurton est ce que l’on nomme un « flying winemaker ». Pourtant, ce comptable de formation n’avait pas prévu de parcourir la planète pour élaborer des vins. C’est son frère, Jacques, oenologue de formation, qui devait prendre ce rôle dans la dynastie Lurton, dont le père est le célèbre André.

Les deux frères créèrent ensemble la société J&F Lurton avant de voir leur chemin de séparer en 2007, François continue à faire le tour du monde plusieurs fois par an alors que Jacques, comme nous le savons, a pris la suite de son père et la présidence des Vignobles André Lurton.

Posséder des vignobles en France, en Espagne, au Portugal, au Chili et en Argentine a de particulier qu’une vendange chasse l’autre à un rythme effréné. Mais cela permet également de tester des modes culturaux à une vitesse tout aussi rapide. En cela, François Lurton a beaucoup testé, beaucoup appris, beaucoup réfléchi et avec une conviction forte chevillée au corps, il produit des vins biologiques, parfois biodynamiques, tout en donnant des conseils avisés aux autres membres de la famille ou à quelques propriétés bordelaises par exemple. Un tour de force.

En France, il est présent à Bordeaux, dans le Languedoc et dans le Roussillon, parfois avec des vignes en propre, parfois en achetant des raisins à des vignerons sélectionnés et suivis. Dans le Roussillon, François Lurton est propriétaire du Mas Janeil. Au sein de la vallée de l’Agly, ce beau domaine produit des vins alliant la gourmandise assumée et la profondeur tout en gommant la rudesse et le caractère parfois sauvage de quelques vins de la région.

Sur des terroirs de schistes et de calcaires, le vignoble du Mas Janeil est planté de grenache et de carignan (3 600 pieds/ha) et de syrah (4 000 pieds/ha). Comme souvent dans la région, les vignes de grenache sont les plus âgées, en l’occurrence 45 à 55 ans alors que les carignans oscillent entre 35 et 45 ans et les syrahs entre 15 et 20 ans. Climat oblige, les rendements sont bas, en moyenne 18 hl/ha. Quelques vignes de mourvèdre sont également présentes sans que l’on sache s’il s’agit de vignes en propre ou d’achat de raisins.

La cuvée Sans Soufre, comme son nom l’indique, est un vin sans soufre ajouté issu d’un assemblage de grenache, de carignan, de syrah et de mourvèdre.

Afin de préserver le fruit et la gourmandise mais également la facilité d’accès dans sa jeunesse, une partie des raisins subit une macération préfermentaire à froid tandis que l’autre partie est vinifiée selon la technique de la macération carbonique, comme en Beaujolais, avant un élevage en cuve béton.

Ce vin remplit parfaitement son rôle. S’inscrivant dans un style contemporain, entendons par là qu’il est conçu pour être bu pas pour épater la galerie, c’est un vrai bouquet de fruits noirs très gourmands avec un caractère juteux et gouleyant très agréable. Un vrai vin de plaisir en quelque sorte qui, en plus d’être bon, est parfaitement exécuté sans notes oxydatives ni déviance phénolique, ce qui pour un sans soufre est toujours agréable !

Prix : 16,50 € chez Vinatis

Mas Janeil – Sans Soufre – Côtes du Roussillon Villages – 2019

Joli bouquet de fruits frais, un peu cerise, un peu cassis mais résolument gourmand et bien en place. Bouche juteuse, savoureuse et équilibrée avec des tanins soyeux et une structure légère et aérienne. Beau vin de plaisir. – 89

Le marchand de vin cité dans cet article n’a pas payé d’affiliation ni de publicité. Nous le référençons de manière indépendante pour la seule information de nos lecteurs.

Fondateur d'Anthocyanes, je suis critique de vins et je collabore aux Echos, la Revue du Vin de France, Decanter, Gault&Millau, V&S News. Mon crédo : trouver de nouveaux talents et offrir une information indépendante.

Site Footer

Sliding Sidebar

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

Suivez-moi sur Twitter

© Anthocyanes 2022