Ivan Massonnat rachète Domaine de Beauséjour à Chinon

mm

On sait combien Ivan Massonnat aime la région viticole de la Loire. De sa passion pour le vin, qu’il retranscrit à merveille dans le podcast qui lui est consacré sur Anthocyanes – le podcast, il en a fait un début de reconversion professionnelle en rachetant le domaine de Jo Pithon, un quart de l’appellation Quarts de Chaume, le désormais célèbre « Coteau des Treilles », et quelques parcelles parfaitement situées sur Savennières. Domaine Belargus est son trésor « sur schistes et dédié au cépage chenin ».

Ce que l’on sait moins, c’est qu’il a construit ce projet depuis plusieurs années et qu’à l’origine, il voulait s’installer à Chinon pour se rapprocher d’une maison qu’il possède dans le secteur depuis 15 ans. Il avait d’ailleurs un temps étudié un projet de rachat sur les beaux coteaux de Cravant et de Panzoult. L’affaire ne s’était pas réalisée. Il s’était consacré à Belargus.

Par un heureux hasard, dont seule la vie est capable, le voici revenu sur ce précédent projet grâce à une acquisition conclue il y a moins d’une semaine. « Je suis tombé depuis longtemps sous le charme du Domaine de Beauséjour », explique-t-il en exclusivité pour Anthocyanes.fr. Cette propriété est l’œuvre d’un architecte, Gérard Chauveau, qui a hérité de cette propriété et a « passé sa vie à construire pierre par pierre, parcelle par parcelle, ce magnifique domaine de 100 hectares dont 27 hectares de vignes exposées sur l’un des plus beaux coteaux de l’appellation Chinon (à la jonction entre Cravant-Les-Coteaux et Panzoult), exposé plein sud et avec une vue dégagée sur la vallée de la Vienne. »

« Avec Belargus, j’ai voulu aller vite, là c’est le contraire. Je me donne 10 ans pour apporter une vision globale. Je voudrais reconnecter cette grande région viticole avec son histoire et magnifier les terroirs de Chinon », ajoute-t-il en pensant à l’un de ses plus beaux moments de dégustation, un Charles Joguet Vignes Franches 1989.

Il est vrai que l’homme a du talent. En Anjou, il a mis en exergue les terroirs de schistes, le cépage chenin et les paysages splendides. À Chinon, il s’attachera à comprendre le cabernet franc sur calcaire : « Nous allons débuter par une étude des différents terroirs avant de passer en viticulture biologique » annonce-t-il comme préambule.

La famille Chauveau est étroitement liée à ce projet. Ivan le sait. Madame Chauveau restera donc vivre sur le domaine tandis que son fils, David, sera nommé cogérant. Connaissant les ambitions d’Ivan Massonnat, je n’ai aucun doute que ce domaine devienne, dans les années à venir, l’un des phares de cette magnifique appellation.

Total
1
Shares
Article précédent

Château Guiraud racheté par un entrepreneur français

Prochain article

Trois magnifiques Quintas…

Articles reliés