raisin-champagne

Le prix du raisin comme variable d’ajustement ?

Le marché du raisin en Champagne continue sa tendance haussière. En ligne de mire de nombreux acteurs, le leader MHCS (Moët Hennessy Champagne Services), est accusé de faire monter les prix.

« La tendance est à la prudence », note dans un communiqué Franck Hagard, co-président des courtiers de Champagne. « Le leader MHCS devrait appliquer une hausse de 5 à 15 c/kg ».

Et effectivement, la prudence est de mise avec une augmentation du prix du kilo de 2 % pour se situer dans une fourchette de 6,20 € à 7,20 €/kg. Plus spécifiquement, les raisins issus de grands crus de chardonnay s’échangent à un prix de 7,15 euros le kilo, les grands crus de pinot noir à un prix de 7,10 € alors que les 1er crus se situent entre 6,90 et 7 €/kg et entre 6 et 6,5€/kg pour les autres crus.

Cette hausse modérée laisse encore la Champagne, et les acteurs champenois, dans une certaine expectative. D’aucuns affirment que MHCS ferait monter le prix en achetant des quantités importantes de raisins pour pallier ses besoins (ce que l’on ne peut lui reprocher).

Une situation identique est en cours à Cognac, où Hennessy (également LVMH) fait monter les prix d’achat du raisin pour combler les manques. Sauf que récemment, dans un article du journal Sud-Ouest, Bernard Peillon, annonce la fin de la hausse argumentant en ces termes : « ces dix dernières années, la hausse annuelle moyenne est proche de 4%, bien supérieure à l’inflation ».

Une stabilisation qui pourrait également voir le jour en Champagne d’autant que la conjoncture économique n’est pas très favorable. Selon le Comité Champagne, le mois d’aout 2019 (par rapport à 2018) connait une baisse des expéditions de vins de Champagne de 16,7 % portant la totalité des bouteilles expédiées à 18,3 millions. De plus, sur le cumul des huit premiers mois de l’année, la baisse est de 2,1 % avec 156,8 millions de bouteilles expédiées. Ce sont les maisons de Champagne qui souffrent le plus avec une baisse de 2,4 % à 116,4 millions de bouteilles contre – 2,3 % pour les coopératives (14,2 millions de bouteilles) et – 0,7 % pour les vignerons.

La France, marché majoritaire en volume, comme semble l’avoir oublié bien des maisons de Champagne, se contracte de 1,7 % tandis que l’export progresse de 5 %.

Sur douze mois, les expéditions sont en baisse de 2,1 % à 298,9 millions de bouteilles livrées.

Les commentaires sont fermés.