Mas de Daumas Gassac, vers un 2018 tout en douceur

Mas de Daumas Gassac, vers un 2018 tout en douceur

On connait la famille Guibert pour son franc parler. Alors quand le mildiou s’impose en Languedoc, eux n’en font pas mystère et expriment toutes leurs espérances dans un millésime 2018 qui s’annonce grand et qu’il faudra traiter avec douceur et amabilité.

« Nous avons eu des vendanges de près de 25 jours » explique Basile Guibert, le plus jeune de la fratrie « dont 18 jours travaillés » comme pour indiquer que la fenêtre de tir fut large.  « On avait tout pour faire un millésime avec une grosse production mais le mildiou est arrivé. Nous avons fait des choix mais sur le cabernet-sauvignon on a eu des pertes quantitatives ».

Toutefois, si l’année fut chaude, le manque de pluie à quelque peu retardé la maturité : « dans la vallée du Gassac, nous avons une amplitude thermique importante. Cela fait 2 ans que nous n’avons pas de nuits froides en fin de vendanges. Mais cette année, le manque de pluie a reculé la date de maturité. Malgré cela, la vigne a beaucoup de vigueur et le feuillage encore vert » explique Samuel Guibert en charge des vinifications.

cinifications .

Un mildiou et une climatologie capricieuse donc qui ont imposé une adaptation dans la récolte. « Nous avons ramassé par cépages alors que depuis 3/4 ans nous récoltions par zones » explique Basile. « Mis à part cela, il n’y a pas de spécificité cette année. Nous avons eu une vendange saine à 100%, donc une possibilité de travailler le raisin en douceur et en profondeur. Sur les 3 derniers millésimes, la puissance était présente. Mais cette année, elle s’exprime sur la longueur. C’est la climatologie qui nous a permis de conserver l’acidité ! »

Comme dans beaucoup de régions françaises, 2018 en Languedoc devrait s’exprimer dans un fruité « al dente » et avec des acidités magnifiques qui permettront aux vins de tenir sur la longueur pour conserver la fraicheur et la délicatesse des fruits qui sont les marqueurs d’une buvabilité retrouvée. Que demander de plus ?

Comments are closed.