sommeliers_harcelement

Scandale au sein de la Court of Master Sommeliers

C’est une affaire qui fait grand bruit aux États-Unis. Le New York Times, reconnu pour la qualité de ses enquêtes, vient de publier l’une d’elles mettant en évidence l’existence d’un modèle systématique de harcèlement sexuel au sein de la célèbre association Court of Master Sommeliers Americas.

21 femmes ont déclaré avoir été harcelées sexuellement, manipulées ou agressées par un membre de l’association dont certains sont très connus pour avoir été une star du film SOMM ou comme sommité de la sommellerie aux États-Unis.

L’enquête met en avant le fait que ces comportements semblaient connus de beaucoup de personnes avec notamment la citation d’un membre du CMS (Court of Master Sommeliers) insistant sur le fait que « parmi certains hommes, il n’y avait aucune tentative de le cacher et aucune honte à cela ». Ces comportements ont imposé à de nombreuses femmes d’abandonner le cursus.

Comble de l’abject, des étudiants ont déclaré que le terme « sommsucker » est utilisé pour les femmes ayant des relations sexuelles avec des membres de l’association que ces dernières soient consenties ou non.

«L’agression sexuelle est une constante pour les femmes sommelières. Nous ne pouvons pas y échapper, alors nous apprenons à vivre avec », affirme Madeleine Thompson, 28 ans, sommelière à Dallas, qui a déclaré s’être retirée du processus de qualification du tribunal en raison du harcèlement de plusieurs maitres sommeliers. «C’est un compromis que nous ne devrions pas avoir à faire.»

L’association CMS a publié un communiqué de presse pour signaler « l’ouverture d’une enquête » ainsi que la mise à pied de certains membres.

Cette enquête intervient deux ans après l’invalidation des résultats d’un examen de la CMS. Un membre du jury avait alors publié « des informations détaillées » concernant les dégustations à l’aveugle. L’examen avait été invalidé au nom de la probité et de la réputation de l’association.

L’article du New York Times est consultable ici.

Photo : Copyright © New York Times

Les commentaires sont fermés.