SOMM3

SOMM3 et Le Goût du vin sont-ils intéressants ?

Jamais le vin n’aura fait couler autant d’encre, ni autant inspiré les réalisateurs français et internationaux. Mettant à profit ce temps de confinement obligatoire, j’ai visionné un film et un documentaire qui en disent beaucoup sur l’image du vin aux États-Unis.

uncorked

Le « Goût du Vin », ou « Uncorked » dans sa version originale, est un film américain retraçant le rêve d’un jeune afro-américain de devenir Master Sommelier, le titre le plus en vue de l’autre côté de l’Atlantique. Dans la même lignée que beaucoup de films traitant du vin, celui-ci est une litanie de clichés et de généralités sur l’univers du vin, doublé d’une image évangélisée de l’Amérique. Autant dire, un film qui n’a d’autre pouvoir que d’endormir le spectateur, ce qui en temps de confinement, avouons-le, peut être un avantage. Le vin est traité par dessus la jambe avec une certaine forme de légèreté et les plans et mouvements de caméra, aussi élégants soient-ils, ne suffisent pas à rattraper le désoeuvrement cinématographique. Seule espérance, c’est le beau Domaine Long-Depaquit, propriété de la Maison Albert Bichot, qui fait office de centre névralgique d’apprentissage du futur sommelier. Passons…

SOMM 3, le documentaire, actuellement disponible sur des plateformes de vidéo à la demande comme Itunes, est le troisième opus de la série relatant l’histoire de l’accession au diplôme de Master Sommelier de quelques jeunes sommeliers, devenus influenceurs et directeurs de propriétés mais dont aucun n’exerce plus le métier de sommelier (air de l’époque), avec en sourdine une description de la consommation et de la frénésie des américains pour le vin. Ce troisième numéro pose le constat du célèbre « Jugement de Paris » qui en son temps révolutionna le monde du vin et permit aux américains de prendre conscience de leur potentiel viticole, aujourd’hui indéniable. On passera sur les conditions d’organisation et le déploiement statistique dont on sait aujourd’hui qu’il a grandement orienté les résultats pour se concentrer sur l’histoire de cette dégustation. Elle fut, et elle est, pour les passionnés du vin un moment charnière et important pour l’industrie du vin. À cet égard le documentaire retrace magnifiquement le déroulé du moment et nous fait profiter des biographies, certes romancées, de Steven Spurrier, le créateur du Jugement de Paris, accompagné de Jancis Robinson, sans doute l’une des critiques les plus influentes au monde, et de Fred Dame, maître sommelier et figure emblématique du métier aux États-Unis. Ces trois personnalités sont réunies à Paris pour évoquer leurs souvenirs, déguster trois bouteilles emblématiques dans leur carrière et disserter sur le monde du vin contemporain ou passé. En parallèle, les « meilleurs » sommeliers de New York, dont la française Pascaline Lepeltier, se réunissent pour élire le meilleur pinot noir parmi une sélection internationale. L’organisation de la soirée, les vins choisis, les thèmes abordés sont très représentatifs de la façon de penser des parangons d’une néo-culture emplie d’urbanité. Se cachant derrière une culture du livre à défaut d’être livresque, ces sommeliers nous laissent entrevoir un monde facétieux, où le paraitre prend le pas sur l’être, où la dégustation ne fait plus loi et est devancée par le profit, les croyances, les clichés et les opinions. Avec une vision parfois très normative, ce qui est tout l’inverse du monde du vin, ils affirment plus qu’ils n’écoutent, ils s’écoutent plus qu’ils n’échangent. Je ne résiste pas à reprendre la belle démonstration d’Heinrich Heine, déjà publiée dans une précédente analyse du millésime 2018 : un jour, le poète romantique du 19e siècle visita la cathédrale d’Amiens avec un ami. Ce dernier lui dit : « dis-moi Heinrich, pourquoi les gens ne sont pas capables de construire des monuments comme celui-là ? ». Heinrich répondit : « Dans ce temps-là, les gens avaient des convictions. Nous, les modernes, nous avons des opinions. Il faut plus que des opinions pour construire une cathédrale ».

 

Les commentaires sont fermés.