gerard_bregeon

Système U va jouer la carte HVE 3

Gérard Brégeon est associé-responsable des vins pour Système U. Sa vision du vin, à la fois commerciale et affective, est une bonne vigie pour connaitre les tendances de demain et les évolutions nécessaires que vont devoir mettre en oeuvre les grandes surfaces. Son discours franc et sans langue de bois mérite le détour et dessine les décisions prises pour rassurer le consommateur et faire du vin un produit singulier.

« Tous les beaujolais primeurs de Système U seront cette année HVE 3 » annonce-t-il d’un seul coup au fil de la conversation. HVE, pour Haute Valeur Environnementale, c’est le cahier des charges mis en place à la suite des travaux du Grenelle de l’environnement. Objectif : donner une certification avec un socle commun à l’ensemble des exploitations agricoles, validée par l’état et composée de différents niveaux. La certification de troisième niveau atteste du respect, pour l’ensemble de l’exploitation agricole, des seuils de performance environnementale portant sur la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et de la ressource en eau, mesurés soit par des indicateurs composites, soit par des indicateurs globaux. C’est une obligation de résultat. L’emploi de la mention « exploitation de haute valeur environnementale » est strictement réservé aux exploitations ayant obtenu cette certification de troisième niveau.

« C’est une norme qui ne parle pas aux clients, mais nous allons communiquer sur ce cahier des charges », explique d’emblée Gérard Brégeon. « Le gouvernement et les interprofessions sont prêts à nous aider. On doit dire que le vin n’est pas un produit nocif », ajoute-t-il.

Greenwashing, pour utiliser un anglicisme, ou volonté de donner aux vins toutes ses lettres de noblesse ? « Notre plus importante évolution est de ne pas vendre du vin comme du cassoulet. Nous allons rapprocher le vin de nos métiers » comme pour expliquer que le vin devra désormais être traité de manière différente.

D’autant que les ventes de vin restent un élément important du chiffre d’affaires d’un magasin. « Le chiffre d’affaires du vin, c’est environ 5 % de l’ensemble », analyse-t-il. Autant y prendre soin, donc.

D’où la nécessité pour Gérard Brégeon et ses équipes de communiquer sur cette norme respectueuse de pratiques environnementales, mais pas aussi connue, ni au même niveau d’exigence, que le label AB (Agriculture Biologique). « Nous allons communiquer sur HVE 3 et nous allons l’expliquer dans les spots radio ou les dépliants. Nous le faisons d’ailleurs actuellement sur les foires aux vins même si l’ensemble de nos vins n’est pas encore HVE 3 ».

Et à la question d’une telle norme pour rassurer le consommateur, l’acheteur invoque les arguments économiques : « ce n’est pas la panacée, mais il faut avancer. Nous devons rester dans des prix corrects pour nos clients. HVE 3, c’est 5 à 10 % de plus, mais pas au-delà ».

Les commentaires sont fermés.