Troplong Mondot, un chai « vertigineux »

À l’occasion des dégustations du millésime 2020, Aymeric de Gironde, directeur de Château Troplong Mondot à Saint-Émilion, fait découvrir son nouveau chai, une oeuvre colossale, épousant le lieu, empreinte de respect de l’environnement et de mise en valeur d’un territoire.

Un chai gravitaire, forcément, car le lieu, point culminant de Saint-Émilion, se prête naturellement à cette gestion du raisin « inventée » par Skawinski dès 1850 et qui fait, encore aujourd’hui, de nombreux émules dans le Bordelais.

Un chai immersif, aussi, où la grandeur de l’oeuvre s’offre au visiteur, dès son arrivée, grâce à une passerelle laissant entrevoir un chai à barriques « vertigineux ».

Un restaurant, aussi, petit bijou de décoration intimiste avec une vue à couper le souffle sur les vignes et la terrasse. Un restaurant, Les Belles Perdrix, qui, on le sait, possède une étoile Michelin et où la cuisine du chef David Charrier, imaginative, savoureuse et d’une finesse rare, sera mise en exergue par un ameublement minimaliste, bien pensé et d’une beauté contenue.

Une visite intelligente qui nous entraine dans les arcanes du bâtiment gagnés sur la profondeur de la craie calcaire de Saint-Émilion. Là aussi, il faut se rendre sur place pour comprendre le travail impressionnant réalisé par les équipes dirigées par le cabinet d’architecture Mazières à Bordeaux pour magnifier le travail viticole et répondre aux attentes qualitatives de Château Troplong Mondot. Et en cela, Aymeric de Gironde a de grandes ambitions.

Le chai, fonctionnel, opérationnel, sans fard, mais avec une beauté épurée est un lieu de travail. Pensé comme tel, il se veut comme tel.

Le premier chai à barriques construit tout en hauteur avec des murs foncés, des griffures artistiques, quelques piliers et une lumière étudiée, laisse à penser à l’église troglodyte du centre du village.

Le chai « blanc », en béton clair et aux douces appliques lumineuses, laisse s’exprimer en majesté un parfait alignement de barriques.

La beauté est ici intérieure.

Mais le plus extraordinaire se trouve dans ce qui ne se voit pas. Je ne dévoilerai rien.

Juste vous dire que ces « oeuvres » sont une immersion totale au sein d’un territoire. Celui de Troplong Mondot et de Saint-Émilion où le sens du lieu est ici valorisé par un potager en permaculture destiné au restaurant, une chaudière alimentée par des sarments broyés et compactés (une première en France et la volonté de partager le concept avec l’ensemble des acteurs de Saint-Émilion), un poulailler, des herbes, des fleurs et bien d’autres attentions. Un lieu de vie et de travail. Un lieu de respect surtout.

Il est heureux qu’un domaine viticole ne se vive pas dans l’unicité du vin et qu’il propose une immersion totale au sein d’un territoire, cette version moins centrée et plus esthétique du terroir. L’avenir…

 

 

Copyright Photos : Romain Ricard.

 

Les commentaires sont fermés.