Vers des champagnes de lieux…

mm
Le Clos des Goisses de la maison Philipponnat

Dans l’Angleterre bouillonnante du dix-septième siècle, Francis Bacon, le philosophe (pas le peintre) adorait dire que « la prospérité révèle nos vices et l’adversité nos vertus ». Dans ce vingt-et-unième siècle, particulièrement ennuyant, la Champagne viticole semble avoir fait de cette sentence, sa nouvelle philosophie. Devant la concurrence de plus en plus qualitative des crémants français, des cavas espagnols ou autres proseccos italiens, les vignerons de Champagne, car c’est ainsi qu’il convient désormais de les appeler, s’attèlent à une révolution copernicienne. En . . .

Désolé, cet article est réservé aux abonnés. Pour vous abonner, c'est ici.

Si vous êtes abonné, vous pouvez vous connecter en cliquant ici.

L'abonnement annuel comprend :

  • Accès illimité aux articles réservés
  • Accès à la base de données (+ de 10 000 vins)
  • Accès aux dégustations spécifiques
  • Accès à l'ensemble des archives

---

Sorry, this content is for subscribers only. To subscribe, it's here and to sign-in, it's here.

The annual subscription includes:

Unlimited access to reserved articles
Access to the database (more than 10,000 wines) (from January 2017)
Access to specific tastings
Access to all archives

Total
3
Shares
Article précédent
biodynamie

Biodynamie et rationalité, essai d’approche épistémologique

Prochain article
gerard_basset

Bye, bye my friend.

Articles reliés