Vin de la semaine : Les Rendez-vous de Billecart-Salmon, une autre facette de la célèbre maison

Longtemps, trop longtemps, la Champagne viticole s’est construite sur les marques, sur les maisons et sur les styles en oubliant parfois son illustre passé. Il est vrai qu’autrefois, les champenois aimaient mettre en avant les terroirs, les cépages et les différents villages de la région. L’histoire contemporaine a laissé en désuétude cet amour de la terre pour une vision plus économique, plus marketing, plus centrée sur la marque. Mais il semble qu’un paradigme s’ouvre. Le changement climatique est surement l’un des responsables de cette évolution, comme la récession qui pèse aujourd’hui sur la région, voire la pression sociétale. Peu importe finalement. Ce qui est important c’est que les maisons de Champagne se réapproprient cette vision terrienne. Alors oui, on m’objectera que la champagne c’est une vision business et que les maisons ne réalisent pas le même travail que les vignerons. C’est pour moi, une vision erronée. Chacun joue sa carte avec bonheur et intelligence. Un peu à l’image de Billecart-Salmon. Belle maison de champagne, qui a toujours réalisé des vins de caractère très enclins à supporter les mets les plus délicats pour qui la sortie d’une nouvelle cuvée, premier opus d’une gamme à venir, est l’exemple parfait de cette volonté de remettre en avant les forces vives de la Champagne.

« Les Rendez-vous de Billecart-Salmon », c’est le nom de la gamme, nous offrent donc une immersion totale dans les terroirs historiques de la maison : Leuvrigny, Festigny et Venteuil, en plein coeur de la Vallée de la Marne. Sur ces terres, est cultivé le pinot meunier, un cépage très répandu en Champagne mais qui n’apparait que très rarement sur les étiquettes tant sa réputation est moindre. Pourtant, bien cultivé avec une viticulture adaptée, il recèle en lui de nombreux trésors. Une acidité marquée qui apporte tension et netteté aux vins, des arômes délicats de fleurs et de fruits blancs et une propension à bien accepter le sucre, élément indispensable de tout dosage en Champagne. Sur une base du millésime 2014, N°1 Meunier Extra Brut a été vieilli sur lies pendant 52 mois et comprend 33 % de vin de réserve (2012). Vinifié en cuve inox, il possède un dosage de 4,5 g/l et a été dégorgé en décembre 2019. Il sera commercialisé à 58 € TTC chez les meilleurs cavistes ou directement sur la boutique en ligne de Billecart-Salmon : www.champagne-billecart.fr.

Pour les amoureux de la marque, ou tout simplement les plus curieux d’entre vous, Mathieu Roland-Billecart, septième génération à la tête de la maison et Président du directoire, présentera cette nouvelle page en direct sur la page Instagram de la maison, le vendredi 4 septembre à 17 heures.

Champagne Billecart-Salmon – Les Rendez-vous de Billecart-Salmon – N°1 Meunier Extra Brut
Nez d’herbe, de poire, de tilleul avec des soupçons d’iode et de calcaire. Bouche tendue, belle gestion de l’acidité pour un champagne cristallin, net, très pur, plus sur l’allonge que sur la densité. Très minéral en finale avec des notes de groseille notamment. Assez différent du style maison pour un complément idéal, un vin d’apéritif et de début de repas. 90/100

 

Les commentaires sont fermés.