rimapere

Vin de la semaine : Rimapere, le vin néo-zélandais de la famille Rothschild

Le monde du vin a ceci de particulier, que même une période de confinement n’empêche pas un amateur éclairé de voyager. Et quitte à voyager, autant en profiter pour partir à l’autre bout de la planète, en Nouvelle-Zélande.

C’est en ces terres lointaines que la famille Rothschild, entendons la branche Edmond de Rothschild, avec la structure Edmond de Rothschild Heritage qui détient entre autres Château Clarke à Listrac, Rupert & Rothschild en Afrique du Sud et Macan en Espagne, a décidé d’acheter quelque 24 hectares de vignes en 2012 en créant une joint-venture avec la famille Peabody. Terry Peabody étant le propriétaire de Craggy Range dans la région de Martinborough, l’une des plus prestigieuses propriétés du pays.

Mais récemment, la famille Rothschild a souhaité reprendre son indépendance pour diriger cette « pépite » comme la définit Boris Bréau, le directeur de la branche vins du groupe. Il est vrai que le terroir de Marlborough, et en particulier celui de Rimapere, offre un réel potentiel. Ah au fait, je ne vous ai pas dit, mais Rimapere c’est le nom du domaine et en maori cela signifie « cinq flèches », en hommage à l’emblème de la famille Rothschild.

Marlborough donc, est situé au nord de l’ile du Sud (sic). L’histoire viticole n’est pas très ancienne dans cette région pour cause de sècheresse intense et de non-maitrise des systèmes d’irrigation jusqu’à il y a peu. C’est David Hohnen qui fut l’un des précurseurs de l’implantation de la vigne en Nouvelle-Zélande grâce à Cape Mentelle, et qui créa, en 1985, l’un des vignobles les plus connus de la région : Cloudy Bay.

Ce qui fait la spécificité de la région de Marlborough, outre sa sècheresse importante, c’est l’inhabituelle combinaison de longues journées, d’un ensoleillement important sans chaleur excessive, d’un automne parfois aride et de nuits très fraiches. Des conditions délicates pour la vigne, d’autant que le sol, très drainant, car constitué de graviers et d’affleurements calcaires, contribue à la lente maturité des raisins.

Rimapere est situé sur le « golden mile », cet espace délimité par la rivière Wairau et la route de Rapopuré, et possède quatre parcelles de sauvignon, pour le vin blanc, et une parcelle de 4 hectares de pinot noir. Contrairement à beaucoup, Rimapere a fait construire sa propre winery et a embauché Anne Escalle, une dynamique ingénieur agro d’origine rhodanienne, en tant que directrice d’exploitation.

Et le vin ? Et bien pour un voyage, c’est un beau voyage ! Déjà, pas de bouchon, une capsule à vis. Une étrangeté pour nous autres français mais une assurance pour les consommateurs d’éviter le gout de bouchon qui gâche tant de moments vinaires. Et puis, c’est un dépaysement assuré dans une certaine continuité. De par le climat et le sol, l’acidité est présente, voire un peu mordante si on ne laisse pas le vin s’aérer un peu. Les arômes traditionnels du sauvignon sont si bien définis qu’il est facile de briller à l’aveugle en reconnaissant, a minima, le cépage. Mais ce qui le différencie des vins de Bordeaux, c’est son côté tendu, vif, droit et parfois acide du toucher de bouche qui fait des merveilles en apéritif ou en accompagnement de poissons crus par exemple.

Bref, une très belle bouteille, qu’il faut décanter absolument et qui au prix de 18 € TTC est bien plus économique qu’un long voyage en terres maori !

 

Rimapere – Baron Edmond de Rothschild – Marlborough – Nouvelle-Zélande – 2019
Le bouquet offre un nez délicat de pamplemousse et autres agrumes avec quelques notes exotiques à l’aération. C’est frais, c’est mentholé, c’est vif. En bouche, la sensation acide du bouquet se retranscrit dans une droiture possédant une chair juteuse, de belles notes de pamplemousse rose, de fleurs de printemps et de lierre. Un sauvignon très distinctif, parfait pour les apéritifs. 90/100

Prix : 18 euros TTC sur la boutique Edmond de Rohschild Heritage.

Les commentaires sont fermés.