Mais à quoi jouent les bordelais ?

Les dégustations primeurs commencent, normalement, Dimanche. Pendant une semaine les acheteurs, professionnels et journalistes du monde entier sont à Bordeaux pour déguster les vins du millésime 2011.

Mais que d’étonnement quand on se balade dans le vignoble et que l’on aperçoit des journalistes comme Parker, Suckling ou certains journalistes de la Revue du Vin de France. Certains ont-ils des passes-droits ? Comme l’a écrit Mr Bettane, l’année dernière, la course au sensationnel, au premier qui publiera les notes des 2011 est engagée. Premier coup de semonce et pas des moindres, Robert Parker, qui sur un tweet annonce que le millésime n’a « aucun intérêt » avant de se rétracter quelques jours plus tard.

Vraiment la campagne des Primeurs 2011 est bien mal engagée. Des institutions gérées par certains propriétaires qui se foutent des journalistes en laissant certains avoir des passe-droits, et des propriétaires qui ont décidés de délaisser le marché français.

Décidément Bordeaux vit dans un autre monde. Celui de la financiarisation du vin.

4 commentaires

  1. Une mascarade a laquelle j’en ai jamais participe. La vraie vie est ailleurs, dans le vignoble, chez les vignerons. Apres, si certains se sont égares du chemin, ne perdons pas du temps a les remettre sur le bon…:-)

    • mm

      OK Emmanuel mais il faut dire que les primeurs sont quand même un moment important dans les dégustations. Même si cela n’est pas la panacée.

  2. Pour moi ceci n’ a aucune importante que l’un boive avant l’autre. Cela contrarie que les égos de certains dégustateurs. Ce que j’attends de toute façon se sont les notes de gens qui je trouve dignes de confiance et pas tout ces journalistes qui dépendent de la place ou font du proctectionnisme partriotique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*